Le jihad à la mosquée de Hani Ramadan (30/11/2016)

Écouter une conférence de l’imam est toujours un moment assez surréaliste. Mais le plus étonnant est sa capacité à faire avaler à ses adeptes les fables les plus extravagantes.

Hani2.jpg

«Jihad et djihadisme : le poids des mots». La conférence de Hani Ramadan avait lieu dans sa mosquée, et l’invitation précisait: «Ouvert à tous». Mon amie Stef et moi avons donc décidé d’y assister. Nous étions comme prévu les seules non-musulmanes.

Nous arrivons assez tôt et nous asseyons, oublieuses des mœurs islamiques. Je réalise tout à coup que seuls des hommes prennent place de notre côté. Je le fais remarquer à Stef. Un participant entend et confirme :

- Oui, c’est bien le côté des hommes.
- Sommes-nous obligées d’aller côté femmes?
- Non, répond-il aimablement.

Le problème, c’est qu’il y a nettement plus d’hommes que de femmes. Les rangs du côté masculin sont pleins, les rangs féminins assez dégarnis. Les nouveaux arrivants commencent à rajouter des chaises aux rangs mâles et obstruent quelque peu le passage.

Finalement, Hani ramadan les invite à s’asseoir sur le premier banc (vide) côté femmes. Pas de risque de tentation.

Tout de même, ce spectacle est assez sidérant si l’on pense que tous fréquentent des lieux mixtes toute la journée. Mais la ségrégation des sexes est un précepte suivi religieusement dans les mosquées. Conférences, repas, débats, sans parler évidemment des prières.

L’assemblée comptait une cinquantaine de participants, plutôt jeunes.

L’arabe bien entendu n’a pas cessé de résonner. Pourquoi cette manie de confirmer en arabe ce qu’on dit en français? Qui dans le public peut comparer les deux versions? Et les imams sont-ils par décret divin des traducteurs hors pair?

Mais cette langue de l’entre soi sépare si bien les mécréants des croyant!

Pas de bombe atomique… ou alors pour dissuader

Bien, entrons dans le sujet. Il sera bref. L’islam est parfait, comme son Coran et son prophète. Le jihad dont parlent les journaux n’existe pas, car l’islam ne permet d’attaquer qu’en cas de légitime défense. De plus, il a interdit dès ses balbutiements de tuer vieillards, handicapés, femmes et enfants qui ne participent pas aux combats. Une sorte de première dans l’histoire de l’humanité !

Hélas, les musulmans étant aussi malvoyants que mal-comprenant, la meilleure des communautés est responsable au cours de l’histoire de quelque 270 millions de morts : conquêtes, massacres, pogroms, sans compter les innombrables esclaves et conversions forcées qui ont débuté dès sa naissance.

De temps en temps, l’orateur fait une déduction audacieuse. Il ne convient à personne de châtier par le feu, a décrété Allah. «Cela signifie que la bombe atomique et les gaz sont interdits en islam. Ou seulement dans une perspective dissuasive. L’islam, même dans ses guerres, a toujours respecté la vie humaine.»

A quel ahurissant conditionnement ces jeunes gens sont-ils soumis pour gober pareilles galéjades?

Rappel :

- plus de 80 millions d’Hindous exterminés entre 1000 et 1500,
- 1,2 million d’Arméniens entre 1915 et 1917,
- plusieurs centaines de milliers d’Assyriens de Turquie entre 1914 et 1920,
- quelque 120 millions d’Africains victimes d’un esclavage aussi long que cruel.

Versets et Hadith « Grande Sélection » émaillent la démonstration. Le Coran invite ses adeptes à saisir toutes les occasions qui permettent de résoudre les conflits, et en temps de paix, «Dieu ne vous défend pas d’être bons et équitables s’ils ne vous ont pas combattus ou chassés de vos demeures.» C’est l’agréable vivre ensemble que prône l’islam avec les chrétiens et d'autres minorités.

Mais voici une nouvelle inédite: un groupe d’oulémas d'Al-Azhar a calculé qu’à Médine en 10 ans, il y a eu 752 polythéistes tués pendant les guerres, et 252 musulmans. La biographie de Mahomet indique en tout cas qu’il a fait décapiter, après une de ses batailles, entre 600 et 900 juifs.

«La charia comprend un ensemble de lois très vastes et pas seulement ces châtiments sur lesquels l’Occident insiste». Ces lois interdisent les excès, les maux superflus, les dévastations, les armes indiscriminées, demandent d’épargner les civils, prévoient la sauvegarde des prisonniers de guerre, interdisent le viol. (Sauf celui des captives et esclaves, aimerais-je ajouter, mais il aurait été malséant de rompre la félicité du moment.)

Et l’islam, affirme notre bonimenteur, n’a jamais commis de génocide.

Les musulmans de l’E.I., marionnettes de l’Occident

L’imam passe à la période contemporaine. C’est l’occasion de montrer que comparée à sa superbe religion, l’Occident fait très mauvaise figure. Daesh ? «C’est une imposture. Ce sont des miliciens. Ils ont été aidés par l’Alliance américano sioniste dans le but de se servir. Ces 50 000 hommes auraient pu être décimés en quelques jours. Ce sont des pions, on leur a fourni des armes et un chef illuminé. Ce sont des marionnettes qui prétendent représenter les musulmans. En 1982, l’organisation sioniste mondiale prévoyait déjà — on en a la preuve — de détruire l’Irak et la Syrie… Le moment venu, on programmera le démantèlement de Daesh, mais pas trop vite, pour justifier l’ingérence.»

Les atrocités subies par la population chrétienne? La théorie du complot fait frémir sa barbichette: «C’est justement une situation propice à justifier l’ingérence.»

L’Alliance supprimera ceux qui sont tombés dans le piège «en dépit d’intentions nobles». Elle écrasera les symboles du califat pour démontrer la supériorité de l’Occident. Le but est de créer une fracture avec les Kurdes afin de diviser le (merveilleux) monde musulman... Et d’assurer la pérennité du Grand Israël.

Le ton monte, Hani gronde. Il en vient à son sujet favori, l’Égypte. «Coup d’État. Occident complice des putschistes. Où est la démocratie? Où sont les droits humains?» Il réussit à placer son allié terroriste favori en citant «les enfants gazés à Gaza au phosphore blanc».

L’obsession de l’islam et l’emprise de la communauté sont favorisés par les rites qui ponctuent le quotidien. A la mosquée, nous en sommes justement à la cinquième prière obligatoire. On nous propose aimablement, à Stef et à moi, de passer dans l’espace femmes si nous voulons voir comment se déroule «l’office». Nous déclinons et profitons de l’interlude pour interroger deux charmants jeunes hommes :

- Comment se fait-il que cette religion de la légitime défense ait conquis la moitié de la planète? (…) Et puis, j’ai lu dans le Coran des dizaines et des dizaines de versets qui disent que tous les non-musulmans iront en enfer…

- C’est bizarre, répond l’un d’eux l’air sincère, je lis le Coran et je n’ai pas remarqué. 

Il est un peu gêné tout de même, alors il murmure: «Mais moi, je pratique mon islam…»

Je ne sais comment nous en sommes venus à parler de ce qui annule les ablutions. Les écueils sont au nombre de quatre : s’assoupir, « aller aux toilettes », dégager des gaz.

Aller dans une mosquée est toujours une occasion d’enrichissement.

13:33 | Lien permanent | Commentaires (28) |  Imprimer | |  Facebook | | |