Des remèdes draconiens pour combattre l’islam et ses adeptes (27/02/2017)

Paul Korlov propose 40 rudes mesures pour résoudre les problèmes que posent l’islam et les musulmans, et rappelle les bases de cette doctrine.

Paul Korlov, un pseudonyme, nous propose «40 mesures pour apaiser l’avenir» dans son livre «Islam, que faire?». Avec elles, les contempteurs de l’islam se sentiraient peut-être apaisés, mais les musulmans seraient déchainés. Elles montrent à quel point l’emprise et les méfaits de l’islam en France a conduit ses adversaires à suggérer des remèdes de plus en plus radicaux. A commencer –ou finir- par la «remigration» qui rassemble un nombre croissant de défenseurs. Autant dire une guerre civile, même si ses partisans assurent que tout se fera dans le respect, le calme, une douce mais ferme obligation.

Korlov n’échappe pas à cette tentation. Il estime nécessaire de «définir avec les pays d’origine les conditions financières et pratiques d’un retour massif aux pays de leur population». Mais c’est à l’intérieur surtout qu’il voit l’antidote.

L’interdiction de l’islam n’est pas au programme, mais certaines mesures s’en approchent. Coran, Hadiths, biographie du prophète (sira) ne seraient autorisés que s’ils étaient précédés d’un avertissement à l’image de «Mein Kampf». «On ne changera rien aux textes sacrés, on n’en retranchera rien, on ne fera qu’y ajouter des commentaires et des mises en garde.»

korlov,mesures

Les diffuseurs de cette idéologie politico-religieuse, les imams, devraient reconnaitre l’incompatibilité de certains de leurs dogmes avec la loi, et accepter d’y renoncer. Ils devraient aussi faire viser chaque sermon du vendredi avant qu’il ne soit prononcé.

Pour Korlov, les remèdes sont drastiques parce que la maladie est mortelle: l’islam est une menace «infiniment plus grave que l’éphémère nazisme…» Un danger pour la permanence même de notre civilisation.

Sous le règne korlovien, il n’y aura plus de nouvelle mosquée, car chacune représente «un centre d’endoctrinement à la charia, donc au suprématisme et à la ségrégation religieuse». Et on proscrira les tenues musulmanes, l’apartheid alimentaire, funéraire, professionnel, matrimonial, les pressions à l’hôpital, dans le sport, etc. Les peines seront sévères pour sanctionner ce qu’on aura défini comme illégal dans le dogme, et on renversera en France la pratique actuelle des lois Pleven, Gayssot, Taubira: les accusations de provocation publique à la discrimination et à la haine changeront de cibles.

Interdictions professionnelles

La pratique de l’islam sera cantonnée à la sphère privée, les écoles coraniques étroitement surveillées, l’enseignement de cette religion dans les écoles publiques exonéré de toute complaisance.

Il faudra restreindre, voire interdire l’accès des «musulmans déclarés» à l’armée, à la police, à la fonction publique, voire au secteur privé, et envisager de pouvoir les licencier à la première revendication communautaire. Il faudra aussi revoir les conditions d’attribution des aides sociales, modifier les conditions d’acquisition de la nationalité, expulser plus facilement. Et rétablir «le crime d’intelligence avec l’ennemi». Quant à l’immigration en provenance de pays musulmans, elle sera limitée au strict minimum.

L’auteur cite aussi une mesure facile à introduire -pour moi la plus urgente - mais paradoxalement aussi improbable que les autres: «un débat franc et ouvert» sur l’islam, sur la vie de Mahomet. «L’islam radical doit être combattu sur le plan des idées avec toute la force des Lumières et de la pensée occidentale.»

Ce genre de propositions est le fait de citoyens excédés et parfois désespérés devant les blessures terribles qu’inflige une frange croissante de «croyants» aux démocraties, la France en particulier. Mais comment comptent-ils les appliquer? Lois d’exception? Suppression de la charte des droits de l’homme, application sélective de cette charte aux non-musulmans exclusivement? Korlov n'en parle pas. Et pour tout dire, certaines de ses mesures qui ciblent tous les musulmans, pourraient transformer nos démocraties en nouvelles tyrannies. D’autant que lui-même reconnait qu’une majorité pratique un islam paisible, même si c’est par ignorance de ses textes. Avant ces remèdes de cheval, il en est d’autres, et il en cite certains, qui pourraient être absorbés. Moins originaux et plus envisageables.

Le but? Islamiser l’Europe

Korlov fait divers rappels historiques, dont l’application du jihad depuis Mohamed jusqu’aux Frères musulmans et à leurs disciples. Il considère 1979 et la révolution iranienne «comme la date de début du troisième Jihad conquérant de l’histoire», le moment où l’islam entre en ébullition, où les musulmans accueillis en nombre en Europe se réapproprient, par le biais surtout des Frères musulmans, une religion figée depuis dix siècles. Le but? «Il n’est pas secret: islamiser l’Europe, imposer la charia partout, aux musulmans et aux autres.»

L’auteur énumère les problèmes qu’a apporté l’islam: délinquance en tous genres, agressions, violence, mépris de la loi, tenues vestimentaires discriminantes, revendications incessantes. Certains des exemples qu'il donne laissent penser que le point de non-retour est atteint.

Et face à ce gâchis, une incroyable -admirable ?- absence de rétorsions: des insultes ici ou là, quelques têtes de porc devant les mosquées, des tags, une salle de prière saccagée… Et toujours cette historique fumisterie: des musulmans qui dénoncent l’hostilité croissante qu’ils suscitent et qui réussissent à se faire passer eux-mêmes pour des victimes.

Une partie dense résume avec une parfaite clarté ce qui choque les non-musulmans dans cette doctrine. Il présente «l’islam d’un point de vue infidèle (…) l’islam-dogme officiel, idéologie orthodoxe, l’islam de référence première et ultime». Il part des bases politiques du VIIème siècle coulées dans le béton au Xème, figées sur une vision puritaine et rigoriste. Cet islam enseigné aujourd’hui dans toutes les mosquées. Cette partie est une utile révision pour ceux qui connaissent cette doxa et une approche précieuse, bien structurée, pour ceux qui ignoreraient le socle de cette idéologie.

Le texte décrit les conséquences dans le quotidien de cette idéologie suprématiste, immorale, considérée par ses adeptes comme ce qui existe de meilleur pour l’humanité. Une doctrine qui méprise, injurie, encourage à la haine, à la violence, au meurtre, à la guerre totale. Et qui affaiblit nos valeurs par la tentative de criminaliser toute critique de l’islam.

Paul Korlov n’impute pas à tous les musulmans les maux qu’il décrit, pas à cette majorité qui ne va pas la mosquée et qui ne connaît même pas ses textes. Mais cette majorité serait bien incapable de trouver dans le Coran ou la Sunna «une objection sérieuse» aux injonctions guerrières, à l’exigence de soumission, à l’impossibilité d’accepter l’Autre. «Plus de 60 % du Coran est consacré à la critique de l’Autre», affirme-t-il.

L’auteur consacre aussi quelques pages aux «symptômes psychiques de l’islam», son suprématisme, son intolérance, l’interdiction de le quitter ou même de remettre en question un élément de sa doxa. Il met en évidence l’étrange fierté de ces conquêtes sanglantes et fulgurantes qui seraient un bienfait pour l’humanité. Il en cite quelques caractéristiques: des dizaines de millions de morts, un interminable et féroce esclavage dont de dévastatrices castrations. Il estime que le Maghreb, la Libye, l’Égypte et le Proche-Orient «ont été et sont encore colonisés depuis 13 siècles sans que personne ne s’en émeuve à part quelques kabyles». Et cette religion de 1,3 milliard d’adeptes est aussi celle de la paranoïa: «L’islam souffre d’un sentiment de persécution allant jusqu’à l’irrationalité et au délire.» Au XXIe siècle, nombre de ses adeptes estiment être encore sous la menace des Croisés.

«Islam, que faire?», accessible par Amazon

 

Article paru aussi sur dreuz.info

10:29 | Tags : korlov, mesures | Lien permanent | Commentaires (22) |  Imprimer | |  Facebook | | |