Prosélytisme chrétien et rappel d'une polémique (19/09/2017)

Hospice(2) Où l'on découvre que contrairement au foulard, afficher sa conviction chrétienne est du prosélytisme... et que dans un cas similaire, en 2016, Pierre Maudet s'est fâché tout rouge.

 

Girod.jpg

Christophe Girod, directeur général

Dans un centre d’action sociale, une collaboratrice accueille un nouveau client: «Je suis musulmane pratiquante», indique avant toute parole son foulard. «Que puis-je pour vous?»

Un autre collaborateur accueille une cliente : «Je suis chrétien pratiquant», indique d'emblée son t shirt imprimé d’une Vierge et d’un Christ. «Que puis-je pour vous?»

Un troisième collaborateur: «Je suis juif (très) pratiquant», annonce sa kipa. «Que puis-je pour vous?»

La décision de l’Hospice général permet ainsi –on ne peut imaginer que l’équité ne soit pas respectée-  de produire une sympathique émulation religieuse.

J’ai néanmoins vérifié en posant la question à la direction, avec l’exemple d’un chrétien. Réponse de son porte-parole: «L’Hospice général ne tolère aucune forme de prosélytisme au sein de l'institution.» Tiens, le foulard n’en est pas une, le t shirt chrétien oui…

Pour l’Hospice, tolérer le foulard d’une stagiaire, c’est «donner à une étudiante l’opportunité d’effectuer un stage de six mois afin de lui permettre de mener ses études à bien. Les principes qui ont mené à cette décision sont tout simplement ceux du bon sens, car notre souhait est de favoriser les parcours des étudiants et leur donner la possibilité de découvrir le métier d'assistant social, indépendamment de leur origine, de leur religion ou de spécificités physiques.»

Conclusion: en renforçant l'attitude communautariste d'une jeune fille (suivie d’autres, on l’imagine), l'Hospice général lui fait confiance: si elle devient assistante sociale, elle saura imposer son foulard!

La direction ne répond pas sur la question de savoir si une femme en foulard peut décemment convaincre une coreligionnaire vêtue comme elle de trouver du travail. Ce qui est un rôle majeur des assistants sociaux et ce qu'apprennent les stagiaires..

L’institution assure que si des réactions de «bénéficiaires» s’expriment, l'usager (ou l’usagère) mécontent pourra «demander à ce que cette personne ne soit pas présente». Bonjour l’ambiance!

Mais qui oserait protester?

Le foulard n'est pas lié à une religion...

Poggia.jpg

Mauro Poggia

La nouvelle annoncée dans ce blog  a été reprise par la Tribune de Genève d'aujourd'hui. On y trouve quelques perles.

Le porte-parole Bernard Manguin rappelle que cette jeune fille a «le visage découvert» (au cas où nous imaginions que l’Hospice en était déjà au stade du niqab!) avant de nous asséner cette délirante sornette:  le voile «tel qu’il est porté ici n’est pas différent des foulards que portaient nos aïeuls il n’y a pas si longtemps. Nous ne le considérons donc pas comme un signe religieux ostentatoire.» Sacré Hospice!

Mauro Poggia qui dirige le département dont dépend l'institution décroche le pompon: «le foulard, selon la manière dont il est porté, n’est pas l’expression d’une affiliation déterminée à une religion ou à une ethnie». » C'est bien le seul à ne pas considérer que cette fille est simplement musulmane et que l'un de ses plus chers souhaits dans la vie est d'imposer à notre société, comme tant d'autres, ce signe millénaire de discrimination islamique.

La Tribune de Genève avait révélé en février de l’année dernière qu'une fonctionnaire de la Ville «en contact avec le public» portait un foulard. Le conseil administratif avait accepté. La polémique s’est enflammée et le gratin politique a été sollicité.

Pierre Maudet, conseiller d’État en charge du dossier laïcité et porteur de l’interdiction des «signes ostentatoires» prévue par le projet de loi, a été ferme: «Cette approche est irresponsable, choquante et porte atteinte au principe de laïcité en créant un précédent fâcheux. C’est une manière d’ouvrir la porte au communautarisme (…)  «Il est conséquemment totalement illogique et anachronique, à quelques mois de l’entrée en force probable de la loi, d’autoriser le port du foulard à une collaboratrice (…), puis de le lui interdire une fois la loi entrée en vigueur.»

On voit mal que le Conseiller d’État pense autrement dans le cas qui nous occupe. Mais il était ces jours difficilement atteignable...

D’autres édiles sont déjà soumis, refusant obstinément de connaitre la signification du voile etsalerno.JPG l’offensive menée par ses promotrices. C’est le cas de la conseillère administrative socialiste (et féministe il va sans dire) Sandrine Salerno: «…qu’importe la couleur de la peau, l’âge ou le couvre-chef d’un collaborateur, tant qu’il n’y a pas de prosélytisme et qu’il garantit une prestation de qualité et de façon indiscriminée. Si un collaborateur veut prier huit fois par jour, aucun problème, sauf si cela péjore son travail. Idem pour les pauses cigarettes.» Et le refus de serrer la main de l’autre sexe? Et celui de se mettre à table avec des mangeurs de porc? Etc. etc.  La France connait une kyrielle de ces revendications bigotes et nombre de patrons les acceptent déjà.

Mais Sandrine Salerno a un autre souci bien partagé par la gauche: «Je n’ai pas à décider, dans une posture infantilisante et colonialiste, s’il est bien ou mal qu’une femme porte le foulard.»  

Côté musulmans, Hafid Ouardiri veut bien connaitre nos mœurs, mais en gardant les siennes: «On déterre à nouveau le ‘foulard de guerre’, s’inquiète le (…) directeur de la Fondation pour l’Entre-Connaissance. Une fonctionnaire même devant un guichet devrait pouvoir porter un voile, car une employée doit être recrutée pour ses compétences. C’est en marginalisant ces personnes qu’on développe le communautarisme et l’extrémisme.» Et enfin, un spécimen typique de la plainte«Les gens ne se rendent pas compte à quel point c’est difficile de trouver un emploi lorsqu’on porte un voile et après, ils s’étonnent qu’aucune femme voilée ne travaille.»

Devant la polémique, la musulmane de la Ville a renoncé à son foulard. A l’Hospice, on a plutôt l’impression qu’on encourage la stagiaire à le garder. La porte-parole de la HES annonce d’ailleurs que plusieurs élèves le portent. Elles feront tout ce qui est possible pour le garder. Le combat contre cet indécent symbole n'est pas gagné.

21:21 | Tags : hospice général, manguin, foulard | Lien permanent | Commentaires (64) |  Imprimer | |  Facebook | | |