« Cher frère Yousuf… » (28/04/2018)

Je reproduis la lettre d’une coreligionnaire (imaginaire) qui exprime sa reconnaissance à Yousuf Qurashi, musulman pratiquant. Cet étudiant en économie réclame à l’Alma Mater une salle de méditation.

Cher Yousuf, je tiens à te remercier de ta belle initiative. Demander la mise à disposition d’une salle de méditation à Uni Mail, bâtiment central de l’université de Genève, quelle super idée! J’ai vu que la pétition que tu as mise en ligne pour appuyer cette démarche réunit déjà près de 1500 signatures, provenant surtout de nos frères et sœurs. Quel succès!

J’estime comme toi tout à fait surprenant que Genève, ville comme tu le soulignes «profondément multiculturelle et internationale», ne se soit pas encore dotée d’une telle salle. Lorsqu’on devient multiculturel, on doit penser à toutes les cultures et surtout celles qui exigent que l’on prie durant la journée.  

Tes propos témoignent que notre Ummanité adore l’altérité. Tu tiens à ce que la salle permette à tous, «quelle que soit leur confession et croyance, de se ressourcer et de profiter d’un lieu apaisant sur un plan spirituel.» Merci d’avoir précisé «sur un plan spirituel». Se ressourcer simplement parce qu’on est stressé est incongru dans notre belle religion. En ce qui nous concerne, il s’agira de prier… mais en silence, une attention délicate qui évitera à nos camarades d’entendre demander à Allah de nous préserver de la voie des égarés, nos amis chrétiens, et de ceux qui ont encouru la colère de Dieu, nos copains juifs.

 

médit2.jpg méditation hier.jpg

 

 

 

 

 

 

La méditation version diversité. 
(J'ai voulu voir quel article illustrait la photo de gauche. Et j'ai découvert ceci... )

 

Mon cher Yousuf, ton attention aux autres t’a fait promettre à plusieurs reprises qu’il n’y aura pas de prosélytisme. Cette assurances permet aux méfiants –il y en a tant aujourd’hui!- d’être rassurés, car ils sont convaincus que les musulmans pratiquants sont des prosélytes. Alors que pour nous, l’essentiel est d’amener nos tapis de prières… Et que l’islam s’installe en douceur dans un espace encore trop profane.

En 2013, nos frères et sœurs de la Haute école du paysage et d’ingénierie s’y étaient mal pris. Ils avaient obtenu, alliés à quelques évangéliques, la mise à disposition d’une salle de «prières». Ce terme avait suscité la polémique et nous avons été une fois de plus la cible des islamophobes. Mais l’erreur a été réparée et la salle a été décrétée ouverte à tous, même aux non-prieurs. C’est un succès! Une étudiante a voulu aller faire quelques exercices de yoga. Elle a découvert une banale salle de cours. Ses collègues lui ont confié qu’il n’y avait point de méditation, mais des prières de membres de notre communauté.

Peut-être que si tu avais commis cette erreur, demander une «salle de prières», nos amis de la Conférence universitaire des associations d'étudiants ne nous auraient pas soutenus. Grâce à ton doigté, c’est le contraire aujourd’hui: le syndicat a réclamé lui-même à plusieurs reprises un tel espace.

J’ai pu observer que des signataires, tel Fadoua Takatart, profitent de cette pétition pour rappeler notre vif attachement à l’Etat laïque: «Si certains s’acharnent à imposer une laïcité qui effacerait la religion de l’espace public, voire d’un pays, cette salle serait un symbole magnifique de la vraie laïcité qui se définit en réalité par le vivre ensemble et le respect de la différence. Belle initiative...»

Et je me réjouis que des frères et sœurs, personnalités qui comptent à Genève, aient exprimé leur fervent soutien. Lucia Dahlab, cette enseignante qui milite depuis si longtemps pour que nos sœurs puissent porter partout leur foulard, lance ce cri du cœur: «Enfin!». Et Hafid Ouardiri, fidèle soutien à nos diverses demandes est «convaincu qu'un tel lieu peut promouvoir le vivre ensemble». J’ai aussi été heureuse d’apprendre que le journaliste du Matin David Ramseyer «a essayé au maximum d'être neutre tout en nous "aidant" dans notre projet».

Ce journal nous dit que l’université refuse cette demande à cause du manque de locaux qui sévit et du fait qu’il existe des espaces de méditation tout proches. Je te trouve bien aimable de ne pas te fâcher face à de tels prétextes. En revanche, je te suis infiniment reconnaissante d’avoir assuré que, comme nous le faisons pour tant de nos légitimes demandes, tu ne cèderas pas. Je suis convaincue que nous gagnerons. Ensuite, si j’ose cette suggestion, ne serait-il pas raisonnable de réclamer une salle de méditation réservée aux femmes, loin des regards séducteurs qui gâchent ces moments de pure adoration?

Si j’en crois son rappel, notre frère pétitionnaire Saadane Andemoula nous soutiendrait sans réserve: «…c'est un droit légitime universellement et garanti constitutionnellement. En plus, la pratique préserve de la turpitude et le blâmable, vise à produire la paix intérieure et la vacuité de l'esprit et aide à vivre ensemble dans l'harmonie».

 Maryam Wallaatt

 

11:17 | Tags : méditation, université, lettre | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer | |  Facebook | | |