Le foulard islamique ne passe pas (10/02/2019)

Les Genevois ne se sont pas laissé tromper par le vaste troupeau de «progressistes» et de musulmans qui les invitait à refuser un texte «liberticide». Ils sont 55% à l'avoir accepté.

La macédoine de mesures proposées par le texte de loi a été largement oubliée dans le débat public au profit du seul qui comptait: le refus du djihad culturel que représente le port du voile. Il est banni pour les fonctionnaires en contact avec le public, pour les membres du pouvoir judiciaire et pour les élues (législatif et exécutif) en séance plénière. Rappelons qu’à Genève, une seule voilée élue est concernée, Sabine Tiguemounine qui n’a aucun problème à fréquenter Hani Ramadan et ne peut condamner l’obligation de porter le voile en Iran. Elle a été l’une des ferventes adversaires de la loi.

Laicité_kippa.png

Ces opposants regroupaient les communautés musulmanes, les syndicats, les verts, la gauche et l’extrême gauche. En ville, leurs affiches écrasaient en nombre celles des partisans de l’association « La laïcité ma liberté ». On imagine que les caisses des contempteurs étaient bien pleines. Mais on attend toujours les communiqués des communautés juives, chrétiennes et indiennes protestant contre l'impossibilité de porter leur "signe ostensible".

Laïcité_indienne.png

Selon les tenants de la pensée fossilisée et puritaine de l’islam, cette loi cible les femmes, elle est sexiste… Le texte à mon goût ne l’est pas assez qui n’interdit pas la burqa, le foulard des fillettes à l'école et le bannissement du voile pour l’ensemble des agents de l’Etat. Mais l’espoir demeure: un nombre croissant de citoyens paraissent excédés par cette volonté d’imposer à toute la société des marqueurs bigots et archaïques.

L’affaire n’est pourtant pas réglée. Les verts et, plus étonnant, les évangéliques ont déposé un recours à la Chambre constitutionnelle. Pour les Verts, la loi « bafoue les libertés individuelles, porte atteinte aux droits fondamentaux et ne respecte pas la Constitution, notamment parce qu’elle interdit aux élu.e.s de porter des signes religieux.» Si les instances cantonales et nationales s’avisaient de confirmer le vote, on serait parti pour un nouveau tour à la Cour européenne des droits de l’homme.

J'ai voulu demander si ces recours entravaient la mise en œuvre de la loi, et au cas où ils seraient admis si la loi tomberait ou serait seulement amputée des articles contestés. Ni le chargé de presse de Pierre Maudet, ni celui-ci n'ont daigné me répondre. Le magistrat n'avait pas apprécié que je rende compte d’une de ses conférences à la LICRA. Serait-il rancunier?

 

 

18:55 | Tags : votation laïcité | Lien permanent | Commentaires (11) |  Imprimer | |  Facebook | | |