Les médias ont traité de manière honteuse l'enquête de Mueller sur Trump (28/03/2019)

La manière dont les journalistes ont rapporté les péripéties de l’enquête est un morceau d’anthologie de l'abandon de toute déontologie. Ils n’ont rien dit des informations explosives qui contredisaient leur parti pris. 

Je n’ai jamais vu plus de fausses nouvelles dans les médias que celles liées à la soi-disant collusion de Trump avec la Russie.  Pour garder espoir, les journalistes n’ont pas lésiné sur les fakenews, les «missingnews», les «distortingnews»…

Le coup d’envoi de la saga est donné le 17 mai 2017 sous les hourras des rédactions. Le rêve de destitution du gouvernant le plus haï de la planète se concrétise. D’ailleurs, la grande majorité des experts invités confirment cette merveilleuse perspective.

Au fil de ses presque deux ans d’investigations, Mueller n’a pas lésiné sur les moyens: 19 avocats assistés par environ 40 agents du FBI, analystes du renseignement, juriscomptables et autres professionnels. Le Conseil spécial a délivré plus de 2800 assignations à comparaître, exécuté près de 500 mandats de perquisition, obtenu plus de 230 ordonnances relatives à des dossiers de communication, rendu près de 50 ordonnances autorisant l’utilisation de registres de correspondance, présenté 13 demandes de preuves à des gouvernements étrangers et interrogé environ 500 témoins.

A chaque épisode, les journalistes concluent que le Grand soir se rapproche, alors que rien  n’apporte la moindre eau au moulin de la collusion. Ils ne font que répéter leur propre obsession: «débuts de la fin pour Trump», «l’étau se resserre», «gros malaise à la Maison Blanche». Pour eux, l’impeachment se rapproche inexorablement.

Cinq premières minutes de rire qui valent toutes les analyses.

Je ne suis pas une spécialiste de la politique américaine et ne prétends pas le devenir. Dans cette affaire, j’ai simplement découvert que chaque péripétie était déformée par nos médias pour charger Trump. Je l’ai réalisé en lisant les articles du site «dreuz.info». Dès le début, il a contesté cette collusion et à chaque nouvel épisode censé enfoncer le président, Jean-Patrick Grumberg*, parfait connaisseur du dossier, donnait les clés de compréhension. Arguments et documents à l’appui.

Cette désinformation systématique de nos médias pourrait faire l’objet de moult travaux d’étudiants-journalistes et de doctorants pour apprendre leur métier.

Les exemples de cette désinformation sont légion, les rebondissements complexes, je me contenterai d’un ou deux épisodes significatifs. Pour le reste, consultez le moteur de recherche du site en tapant –pour commencer- «Mueller».

Fin octobre 2017: une fuite annonce que  Robert Mueller va inculper son premier suspect, Paul Manafort. Pendant tout le week-end, les journalistes retiennent leur souffle. L’impeachment clignote sur l’ordi y compris  celui des grands médias américains férocement anti-Trump. Le Washington Post, écrit que Trump est fini. Dreuz ironise: «Pour Ladepeche.fr, «L’ex-directeur de campagne de Trump [est] inculpé de complot contre les Etats-Unis». La Tribune de Genève, prenant ses désirs pour des réalités,  écrit que «L’étau russe se resserre autour de Trump», et Le Monde, jamais le dernier dans la course à la désinformation, affirme que «Trois conseillers de Donald Trump [sont] visés par l’enquête…». RTL informe que «plusieurs proches de Donald Trump sont poursuivis».

Grumberg: «Je pense que je ne surprends personne en affirmant que tout ceci est faux, et que les inculpations ont zéro rapport avec le Président Trump…» Aucun des motifs d’inculpation en effet ne concerne l’affaire russe. Paul Manafort et son associé sont inculpés pour des faits remontant à 2012, essentiellement pour évasion fiscale.

En fait, aucune inculpation d’un Américain  soupçonné de collusion n’a jamais été prononcée. Les médias ont abondamment traité celles de 13 Russes sans préciser que si les tentatives de collusion étaient bien réelles, elles ne prouvaient à aucun moment que l’équipe de Trump leur avait cédé.

Le complot démocrate

L’information -et confirmation- la plus explosive est donnée le 2 février 2018 par la publication d’un mémo du Congrès. Elle a été passée sous silence, car elle met en cause les chouchous des médias, Obama et Clinton. Cette affaire a été traitée à de multiples reprises par Dreuz, elle est synthétisée dans un article de la Mena.

Pour tenter de prouver que le candidat à abattre collaborait avec la Russie, un membre important de la campagne présidentielle de Trump, Carter Page, a été mis illégalement sous écoute à l’instigation du FBI en octobre 2016. Carter était accusé d’être un agent russe. Ces écoutes ont permis au Département de la justice d’Obama d’avoir durant les dernières semaines de la campagne présidentielle,  un large accès aux e-mails et aux conversations téléphoniques  de l’équipe Trump.

La décision s’appuyait sur le «rapport Steele » du nom de son principal rédacteur qui utilisait des sources russes.

Aucune preuve ne soutient les accusations que contient ce rapport. Mueller n’a même pas interrogé Carter. Et il apparait clairement que le rapport Steele a été commandé et financé par le parti Démocrate et la Campagne Clinton. Devenu président, Trump a eu connaissance de cette mise sur écoute et a demandé une enquête au Département de la Justice. L’inspecteur général Michael Horowitz en est chargé.

Conflits d’intérêts concernant Mueller, tentatives de convaincre des témoins de charger Trump: les révélations se sont succédé. «Lorsque l’on rassemble tous ces faits, conclut l’article de la Mena, il en résulte une image proprement effarante du degré de corruption qui avait atteint le Département de la Justice à la fin de l'ère Obama. De très hauts fonctionnaires du Département et du FBI ont conspiré, en toute connaissance de cause, pour mettre en avant des accusations contre Trump sans le moindre début de preuve, directement financées par la campagne présidentielle d’Hillary Clinton et par le parti Démocrate.»

Jean-Patrick Grumberg a été le seul journaliste à traduire le mémo en français. Au fil de l’enquête, le site donnera d’innombrables informations à propos des manigances démocrates destinées à faire tomber Trump. Nos médias resteront muets sur ces révélations.

Quant à l’enquête d’Horowitz, elle se poursuit, son rapport est très attendu.

 

Cohen Michael.jpg

Michael Cohen: encore un espoir déçu

Après mille rebondissements, un feu d’artifice anti-Trump nous est offert le 27 février dernier avec la catharsis de Michael Cohen, ex-avocat de Trump. Son audition «explosive» est suivie en direct par des journalistes en transes. Trump est traité de «raciste, escroc, tricheur» ce qui les emplit d'allégresse. « Tout cela sera sans doute prouvé», espère le correspondant de la RTS Philippe Revaz. Las, l’espoir chancellera une fois de plus, les affirmations de Cohen n’étant étayées par aucune preuve.

Notons encore que Cohen est le témoin-clé des Démocrates dans la collusion. Mais devant la commission d’enquête, il fait sombrer le dossier. Il confirme que Steele et de nombreux médias ont menti: il ne s’est jamais rendu à Prague où le dossier affirme qu’il a rencontré les agents russes et démarré la collusion avec Trump. Et à la question de la collusion, il répond: «Des questions ont été soulevées quant à savoir si j’ai des preuves directes que M. Trump ou sa campagne ont été de connivence avec la Russie. Ce n’est pas le cas. Je veux que ce soit clair.»

Et le 24 mars, la tragique révélation de Mueller tombe: il n’a trouvé aucune preuve de collusion entre l’équipe du président et la Russie.

Des observateurs se demandent si les démocrates vont, en vue des élections présidentielles, poursuivent leur traque juridique ou se pencher sur un éventuel programme.

 

Journalisme d«extrême droite»

Je collabore à dreuz. Ce site attire entre un à deux millions de visiteurs par mois, c’est  un champion du soutien de Trump, et pas seulement dans l’affaire de la soi-disant collusion. Je n’aime pas la personnalité du président, sa misogynie et sa vulgarité. Je n’aime pas son mépris pour les questions d’environnement. J’approuve en revanche nombre de ses décisions. Et j’apprécie Dreuz pour des éclairages que je ne trouve nulle part ailleurs.

Basé aux Etats-Unis, il se qualifie lui-même de «site de chrétiens américains francophones, conservateurs et pro-israéliens» ce que les médias traduisent par «extrême droite». Cette extrême droite, elle aussi militante, leur a pourtant donné une belle leçon de journalisme… dont ils se garderont bien de prendre connaissance.

*Avec des interventions régulières de Guy Millière et Magali Marc.

16:38 | Tags : mueller, enquête, collusion | Lien permanent | Commentaires (19) |  Imprimer | |  Facebook | | |