Affaire Zemmour: comment empêcher les téléspectateurs de penser? (05/10/2020)

Après ses propos sur les mineurs isolés, Eric Zemmour est à nouveau la cible de ses adversaires. Dont ceux qui accusent les citoyens non seulement de regarder son émission, mais encore de penser.

Par Sophie

2eric-zemmour-17-septembre-2018.jpg

Voici la vidéo de l'édito d'Eric Zemmour dans "Face à l'info" du 29.09.2020. Edito (dernier éditorial, en fin d'émission) qui a déclenché de nouvelles plaintes contre lui et de nombreuses réactions dans les médias, y compris de la part de Dupond-Moretti, le garde des Sceaux français qui en a oublié son nouveau statut.

Cet éditorial faisait suite à l'attentat commis devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, par un mineur qui n'en était pas un.

Personnellement, suite à cette émission, mon fil de pensée a été le suivant:

Effectivement, les lois sont faites avec un temps de retard, comme si nous étions encore au temps de Joseph et Maurice Joffo fuyant seuls Paris et la France occupée par les nazis pour rejoindre la France libre. Je doute que la situation de la majorité de ceux qui se présentent aujourd'hui comme "mineurs isolés" soit comparable à la leur, mais ce sont ces lois, conçues pour ces situations spécifiques, à une époque spécifique, qui sont aujourd'hui utilisées par certains immigrés.

Ensuite j'ai à nouveau pensé à la Déclaration des droits de l'homme de 1948, qui elle aussi a été écrite au sortir de la deuxième guerre mondiale, en réaction à ce qui s'était passé alors. Déclaration qui elle non plus n'est plus adaptée à ce qui se passe actuellement, car elle cherche avant tout à défendre les droits des individus contre un Etat supposé à tendance totalitaire, mais pas les Etats contre les individus qui les mettent en danger.

On pourrait ajouter que les juges l'ont progressivement instrumentalisée pour défendre les droits de certains individus seulement, et de certaines idéologies seulement... Ou que la Déclaration est trop souvent utilisée à leur avantage par ceux qui cherchent à détruire ces mêmes droits de l'homme: l'égalité homme-femme, l'égalité devant la loi, la liberté de pensée, la liberté d'expression, etc..."

Les grandes gueules pointent notre responsabilité

Je réalise aujourd’hui que ce faisant, je me suis peut-être rendue coupable de crime de la pensée. En effet,  par la suite, j’ai eu l’occasion d’écouter l’émission «Les grandes gueules» sur RMC qui a abordé le sujet en première partie d’émission.

La question posée dans cette émission de RMC, était: "Eric Zemmour a-t-il encore sa place à la télévision?"

Dès le début de l'émission (minute 7'35'),  vous entendez le journaliste observer:

" Il y a aussi la responsabilité  de ceux qui écoutent  Eric Zemmour chaque soir, parce que c'est trop facile, c'est une émission qui  cartonne..."

Nous voici avertis: si nous regardons "Face à l'info", cela pourrait poser la question de notre "responsabilité". Responsabilité dans quoi? Dans quels crimes? Dans quels meurtres?  Dans quels attentats?

Ne posez pas ces questions: notre responsabilité pourrait être engagée par les propos tenus par Ericmineurs isolés, crime de pensée Zemmour, et donc par ce que nous pourrions en penser, tout simplement.

Une menace en l’air, sans aucun fondement, mais bien une menace. Pour crime de pensée.

Mais il y a mieux. A la minute 12’50’’, l'invité Mourad Boudjellah, ancien patron du Rugby à Toulon, demande clairement le retour du crime de pensée, le fameux " Thought crime" de George Orwell.

"Pour moi, le plus important n’est pas de l’empêcher de le dire, l’important est de l’empêcher de le penser. On peut le faire taire mais beaucoup de gens pensent comme lui. Donc les faire taire ne réglera pas le problème puisqu’ils continueront de le penser."   

Eh oui, il a osé: il faut empêcher Zemmour et ceux qui l’apprécient non seulement de s’exprimer, mais également de penser…. Je suis étonnée que personne n’ait eu l’idée de lui demander comment il pensait s’y prendre pour empêcher les gens de penser.

En minute 20' 00'', on téléphone à l’avocat Gilles-William Goldnadel, qui remet un peu de bon sens dans ce nouvel et unanime procès en inquisition. Il rappelle que «migrants», «immigrés» ou «mineurs isolés » ce n’est pas une race. Et que donc une loi interdisant les propos  racistes ne peut pas être invoquée contre Zemmour.                      

                                                Goldnadel libère -un peu- la pensée

Le journaliste essaie de le faire taire avec un bon gros chantage affectif. Sachant que Goldnadel est juif, il cherche à faire passer les migrants ou les mineurs isolés pour les nouveau juifs.

Mais il est trop tard… Goldnadel semble avoir rassuré certains intervenants. Après son intervention, les langues des invités, qui semblaient au départ tous d’accord pour casser du sucre sur Eric Zemmour, se délient un peu: «N’importe quel flic parisien va te dire qu’il y a un problème avec les  mineurs isolés». «Je rappelle que tout cela part quand même de l’attentat, ça part pas de rien»«Qui a été accueilli chez nous, pris en charge par la France, la France est généreuse, quelqu’un qui avait menti sur son âge, qui s’est fait passer pour un mineur, et qui finalement se retourne contre la France».

Tout d’un coup c’est la cacophonie, tout le monde parle en même temps, c’est la Libération!

Mais cette libération de la parole est aussitôt recadrée par les producteurs de l’émission qui introduisent l’intervention d'un auditeur, "Ali" (29'03''). Ali voudrait que l’on fasse taire Zemmour, et en profite pour dire qu'il n'aime pas non plus Goldnadel, ni Zohra Bitan, ni Zineb El Rhazoui, qu’il voudrait ne plus les entendre... mais précise en même temps qu'il "ne veut pas de censure". Sauf semble-t-il pour ceux qui sont critiques envers une certaine idéologie, qu'il ne précise pas mais que tout le monde comprend. Ouf, on avait failli passer tout près de la malpensance, heureusement qu’Ali est intervenu pour nous rappeler l’essentiel et fermer le bec de ces invités qui s’étaient tout d’un coup cru autorisés à s’émanciper.

Juste après (min. 32), on apprend qu'à la question posée par l'émission: "Eric Zemmour a-t-il encore sa place à la télévision ? "…

71 % des auditeurs ont répondu "Oui" sur RMC.fr , et  64 % ont répondu "Oui" sur Twitter….

Ali n'est donc pas vraiment représentatif des auditeurs, mais c'est le seul à avoir pu s'exprimer. Les émissions politiques ne sont donc pas représentatives de leurs auditeurs, ou bien les journalistes sont terrorisés d’être à leur tour accusés de malpensance comme leur collègue Zemmour, le Goldstein (ennemi public dans 1984) de notre époque.  

Les adversaires de Zemmour arriveront peut-être à censurer "Face à l’info", à faire taire un jour Zemmour, et à faire taire tous ceux qui pensent comme lui.

Mais comment vont-ils faire pour empêcher les gens de penser?

Dupond-Moretti.jpgEric Zemmour va avoir la partie difficile, car même le garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti,s'est mis de la partie pour la chasse au Zemmour.

Regardez l'extrait jusqu'au bout: Dupond-Moretti, qui a oublié qu'il n'était plus avocat mais garde des Sceaux, raconte avoir été un jour confronté à Zemmour qui lui parlait du coût de l'immigration. Il semble très fier d'être parti indigné en disant: "Mon taxi arabe m'attend".

Ouf!  Tant qu'on sera assez riche pour se déplacer en taxi (arabe), l'immigration restera une chance pour la France. 

Il parait, oui il parait, que M. Dupond-Moretti est un homme de gauche. Pourtant malgré mes doutes, j'admets que ça doit quand même être vrai, puisque pour lui, chercher à empêcher les gens de penser autrement que lui, semble aller de soi. Mao ou Staline auraient abondé dans son sens. Nous vivons vraiment une époque formidable.

Une pétition:  https://damocles.co/zemmour-censure-liberte-expression/

14:28 | Tags : mineurs isolés, crime de pensée | Lien permanent | Commentaires (54) |  Imprimer | |  Facebook | | |