Blog sur l’islam: fin de partie (1) (11/09/2021)

Après dix ans de lutte,  je lève le pied. En guise d'au revoir, un rappel de deux ou trois choses que j’ai apprises de l’islam et de ses prosélytes. 

Salut les amis! Je quitte la scène où se joue notre défaite et leur victoire. Après quelque 600 textes dans ce blog, je tire ma révérence. Je me suis battue ici depuis dix ans pour la démocratie, la liberté, l'égalité entre hommes et femmes, toutes menacées par l’islam militant et ses alliés. Pour cette cause, j’ai arpenté sans trêve les «Boulevards de l’islamisme», ceux de Suisse en particulier. Mais l’arpenteuse fatigue.

J’ai utilisé ma boîte à outils professionnelle et résumé des pans d’histoire, des sondages, des enquêtes, réalisé des interviews, des portraits. J’ai raconté des tranches de vie des mosquées suisses et assisté à de nombreux débats, souvent seule à soulever quelques vagues dans ces «sommets nord-coréens» (Onfray dixit).

J’ai beaucoup lu, beaucoup cherché, beaucoup appris, beaucoup écrit. J’ai rédigé trois livres.... Et un poème en prose.

Apprendre, comprendre, expliquer, démontrer, c’est le côté gratifiant de cette expérience. Être ignorée par les médias est son versant éprouvant. J’ai rencontré de nombreux politiciens, personnalités, socialistes et même alliés qui m’ont dit me lire régulièrement, apprécier mes contributions, mais qui pour rien au monde n’auraient cité mon nom publiquement.

J’ai démasqué de nombreux hypocrites que les médias adorent interroger sans déranger. J’ai conquis de nombreux lecteurs -6000 visiteurs par mois- qui m’ont gratifiée de quelque 10'000 commentaires.

J’ai approfondi des thèmes, en particulier celui du plus monstrueux crime contre l’humanité: les mutilations sexuelles que pratiquent essentiellement des sociétés musulmanes. Durant les folles années du MLF, Benoîte Groult et Edmond Kaiser nous ont fait découvrir ce fléau. Aucun pays exempt de population musulmane ne le pratique. Vu qu’il est tabou de le dire et que les organismes musulmans sont insensibles à ces barbaries, elles se perpétuent et sont même, démographie aidant, en augmentation.

Autre sujet fidèlement suivi depuis sa création en 2015: le Centre suisse islam et société, fer de lance de l’islamisation de la Suisse, que financent les pouvoirs publics.

Rien ne change, au contraire. Lutter contre l’immixtion de l’islam dans la sphère publique devient une tâche titanesque, que contrecarrent résolument les forces étatiques, antiracistes, médiatiques. Je n’espère plus un retour de lucidité.

Mes alliés, responsables et rédacteurs de sites qui mènent la même lutte que moi me dépriment par leurs partis pris: contre l’avortement (sans lui, osent dire certains, nous n’aurions pas besoin d’immigrés!) ou le suicide assisté. Sur le climat, ils ont tendance à tout nier. C’est hélas aussi dans «mes» rangs que les opposants à la «dictature sanitaire» abondent.

Je ne suis pas sûre d’avoir envie de construire l’avenir avec eux.

 

Deux ou trois choses que j’ai apprises
de l’islam et de ses choristes

 

Pour vous un peu, pour moi beaucoup, je ne veux pas déserter sans un retour sur cette période. Je vais résumer au fil de quelques posts des caractéristiques de l’islam et de l’islamisation que j’ai découvertes au fil du temps. (Les liens conduisent le plus souvent à des articles de mon blog)

Thèmes par ordre d’entrée en scène :

 

1.    La grande menace: le djihad culturel  

2.   L’islam, religion de l’étrange et du mimétisme  

3.   Mahomet, une idolâtrie meurtrière 

4.   Halal: alerte au futur sacré

5.   L’Occident dans les sables mouvants 

6.   L’insoutenable légèreté des journalistes et de leurs alliés 

7.   Le centre du prosélytisme «moderne»

8.   Les offices d’intégration ouvrent la voie à la «cancel culture».

Brève bio: Le féminisme pour boussole

 

Texte complet ici

 

Mutilations sexuelles. articles et dossiers fouillés

Centre suisse islam et société: le feuilleton

Interviews

En Suisse: S. Keller Messahli; K. El Ghazzali réfugié marocain; jeune fille des Balkans qui a secrètement quitté l’islam; Nahid ex-musulman iranien; Jelil Kabyle devenu chrétien; N. Fathi Marocaine épouse d’un Suisse; Alia Gad activiste sanitaire par vidéos dans les pays arabes;
P. Gauthier, politicien d’extrême gauche; A. Jean-Mairet, spécialiste de l’islam.
Dévotes et alliées : «Farah» Maroco-Genevoise; Neuchâteloise anonyme; S. Tiguemounine élue des Verts; M. Schik directrice d’Amnesty International suisse; M. Brunschwig Graf, Commission fédérale de lutte contre le racisme.
Activistes français: H. Zanaz, A. Del Valle, M. Oukacha, A. Sterone, D. Benhabib, W. Al-Husseini, Y. Rioufol.

 

blog,fin de partie,1

Prochain post: La menace culturelle est plus inquiétante pour notre pays que le terrorisme, et description d'une facette d'une religion qui a bien peu à voir avec le christianisme. 

18:57 | Tags : introduction | Lien permanent | Commentaires (17) |  Imprimer | |  Facebook | | |