24 Heures oublie le radicalisme musulman et dégomme les évangéliques (08/10/2021)

Après leurs critiques du centre des Frères musulmans, deux journalistes de 24 Heures se lancent à l’attaque de leur vrais ennemis: les évangéliques.

Krafft.jpgDans 24 Heures du 7 octobre, Camille Krafft (image) et Chloé Banerjee-Din lancent un assaut en règle contre les évangéliques. Une longue daube faite de préjugés et de d’interdiction aux accusés de considérer l’islam militant comme une menace pour notre civilisation. On avait pourtant bêtement cru que le Complexe culturel musulman de Lausanne (CCML) de Prilly, ses invités Frères musulmans et le long règne de l’un d’entre eux, Mohamed Karmous, étaient la vraie menace. Rappel :

Le 12 mai dernier, Chloé Din reprend une de mes informations: Béchir Ben Hassen, invité par deux fois au Centre islamique de Prilly, serait une des références de l’assassin de la fonctionnaire de Rambouillet et de l’attentat de Nice qui a fait 86 victimes. Un approbateur aussi du massacre de Charlie Hebdo et un commentateur du meurtre de Samuel Paty à propos duquel il appelait à châtier «ceux qui offensent le prophète». J’avais en 2020 signalé l’invitation de Ben Hassen au président de la commission de reconnaissance Pascal Van-Griethysen. Il a apparemment oublié de signaler cette information aux autorités.

L’UVAM, dont  Prilly est le «vaisseau amiral» et le «fer de lance» selon les journalistes, a posé une demande de reconnaissance officielle. «Les notices d’agenda pour ces sermons ont disparu et le lieu de culte livre des explications évasives sur cette invitation». En résumé, «le CCML se montre particulièrement embarrassé, de même que l’Union vaudoise des associations musulmanes (UVAM) dont est membre le lieu de culte.»

Son secrétaire général Pascal Gemperli donne des explications «pour le moins étonnantes» sur la question et reste «évasif» sur l’identité du responsable qui a invité Ben Hassen. «Un choix qui s’avère de plus en plus délicat, tant les zones d’ombre s’accumulent sur ce lieu de culte pourtant particulièrement influent» (…) «les explications que livre le CCML ne sont pas dignes de l’un des plus grands lieux de culte musulmans vaudois. L’UVAM semble pourtant s’en contenter.» Il ne s’agirait, selon les responsables, que d’une «erreur de casting».

Dans une enquête parue le 29 mai, les journalistes creusent la question et découvrent que nombre d’«invités sulfureux» ont passé par le centre. « …tous partagent des affiliations islamistes, notamment avec les Frères musulmans». Leurs traces ont aussi été supprimées par les responsables de la mosquée. Tariq Ramadan était «un invité apprécié du CCML» et son frère Hani a lui aussi fait partie des prédicateurs sollicités. Et même Abu Ramadan, imam de Bienne, qui a appelé à l’anéantissement des juifs et des chrétiens. Commentaire de la journaliste: «Cette galerie pose deux questions sensibles, celle de la gouvernance du lieu de culte, d’une part, et des messages qu’il promeut, d’autre part.»

Autre information: «Aujourd’hui encore, en 2021, la tolérance de la mosquée de Prilly s’étend en effet aux représentants d’une institution comme le Conseil européen de la fatwa et de la recherche, qui plaide pour la polygamie et valide la mort comme châtiment de l’apostasie.» Un conseil qui encourage bien entendu à discriminer les femmes.

Le CCML a reçu 1,6 million de francs du Qatar.

Pascal Gemperli est donc un des accusés de ces articles. Changement de costume: il devient une référence dans l’assaut des évangéliques. «Contacté» par la journaliste, il dénonce «certaines positions de l’IQRI clairement hostiles aux musulmans». 

Chloé Din avait aussi en son temps repris nos informations sur la grande Mosquée de Lausanne qui invitait ses sympathisants à se former à l’islam par un site hallucinant d’intolérance et de misogynie.

Nos deux commissaires politiques s’arrogent donc le droit de critiquer l’influence des Frères musulmans et du radicalisme dans les plus grandes mosquées duDin2.jpg canton de Vaud, mais interdisent formellement aux évangéliques de s’en préoccuper. Des évangéliques qui seraient aussi critiques à propos des LGBT, catégorie désormais sanctifiée.  Le dossier s’alourdit. Et l’auteure de signaler avec joie que l’Etat va se saisir de ces discours «islamophobes» comme le dit un de leurs «spécialistes».

Dire son opinion, qui plus est confirmée par des enquêtrices de 24 Heures, est  infiniment plus grave  qu’être affilié aux Frères musulmans. (Image: Chloé Banerjee-Din)

L’ennemie jurée des évangéliques a la dent particulièrement dure contre le "groupe de travail " baptisé Institut pour les  questions relatives à l’islam (IQRI)". Et la journaliste assène son coup de massue: «parmi les auteurs mis en lien sur le site de l’IQRI se trouvent Bat Ye’Or (pseudonyme) et l’Américain Robert Spencer, deux figures notables du «counterjihad», un mouvement qui considère l’islam comme une menace pour la civilisation occidentale. Tous deux sont mentionnés à plusieurs reprises dans le manifeste du terroriste norvégien Anders Breivik», souligne Oliver Wäckerlig.» Bat Ye'Or est une amie. Quel immonde sous-entendu!

Un rien vicieuse, elle souligne que l’IQRI (dont soit dit en passant je connais et  apprécie les membres) s’exprime dans des tribunes du Temps et de 24 Heures. Après cette descente en règle, les médias en question oseront-ils encore accepter ses textes? Surtout que les membres du groupe ne se contentent pas de publier ce qu’ils pensent: «Ses membres participent dans le public aux conférences et débats sur l’islam organisés en Suisse romande, et tentent d’interpeller chercheurs et politiques sur le «danger» d’un tel processus.» Voici donc « Comment des évangéliques luttent contre la demande de reconnaissance des musulmans » (titre de l’article). Exprimer ses opinions, participer à des débats: un pur scandale!

Les évangéliques sont donc sommés d’oublier ce qu’ils voient et ce qu’ils lisent, car les communautés qui demandent une reconnaissance officielle «doivent s’engager à promouvoir la paix sociale et religieuse, comme le rappelait Christelle Luisier dans une interview publiée par 24 heures en juin dernier.»

Ainsi va la presse de grands chemins qui sait si bien, elle aussi, manier des propos nauséabonds.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

18:59 | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer | |  Facebook | | |