L’«anamnèse spirituelle»: une menace pour les mécréants

La foi et la croyance sont si bienfaisantes pour la santé mentale que les hôpitaux vont faire profiter les patients de cette découverte.

 

 

Croyance_muzz.PNG

L'illlustration de la Tribune.

Une étude américaine l’atteste: les femmes qui se rendent à l’église au moins une fois par semaine se suicident nettement moins que les mécréantes. C’est ce que nous apprend Philippe Huguelet, un prof de psychiatrie genevois.

Encourager les patients à fréquenter davantage l’église, la mosquée ou la synagogue devient-il un nouvel outil de soins? On n’en est pas loin. En tout cas, selon les psychiatres, la présence croissante d’aumôniers et autres accompagnants ne suffit plus du tout.

Ce lien entre foi et santé mentale est le thème d’un récent «dossier» de la Tribune de Genève.

Pour être bien dans ses baskets, devenons musulman!  La TG confirme ce nouvel adage par la photo d’un adorateur d’Allah en prière. J’approuve: c’est bien parmi eux qu’on trouve le plus haut taux de bigoterie, mais j’ignorais qu’elle était le gage d’un extrême bien-être, voire d’une «plus grande longévité.»  

Qui aurait à la lecture de ce dossier le cœur de refuser ces catalyseurs de félicité que sont le foulard, le niqab, les halal, et le fait de faire soigner les musulmanes par des femmes (bientôt musulmanes elles aussi), ou de s’abstenir de prendre ses médicaments durant le ramadan?

Foi, croyance, spiritualité…

On déduit de cette découverte qu’inversement, refuser de gober les absurdités religieuses est très mauvais pour notre équilibre.

«Un corpus scientifique montre que globalement, la religion et la spiritualité amènent un effet positif sur la santé mentale», insiste Philippe Huguelet. La spiritualité est un fourre-tout bien pratique pour ces illusionnistes. Son compère Jacques Besson, ex-du CHUV, tente de définir:  

« La spiritualité est «la quête et le besoin de lien et de sens», et la religion «la réponse culturelle et institutionnelle à ce besoin «dans une tradition historique avec des grands médiateurs comme Jésus ou Mahomet.» Mais le médecin en revient volontiers à ce que nous (et lui) connaissons le mieux: «La prière, de  par sa nature dialogique, instaure une relation avec une puissance supérieure. «Cela mobilise les zones cérébrales de la relation, du lien (…) C’est une source de sérénité.»

Ainsi tramé, le filet de nos pêcheurs permet d’englober une vaste partie des humanoïdes. Surtout qu’ils rajoutent une autre maille, «la croyance». Avec ce truisme: «…lorsqu’on croit que c’est une instance supérieure qui décide, cela peut mener à une acceptation de l’adversité, ce qui joue un rôle important dans la résilience.» Et puis, la communauté vous évite la solitude, elle vous soutient comme le fait aussi cet «interlocuteur – le «tout-puissant» ou l’un de ses représentants sur terre». De la science pure…

Un troisième larron amène un nouvel ingrédient à cette salade, la méditation: «Or, la croyance, à travers notamment la méditation et la prière, «ouvre» l’expression de certains gènes. "Nous avons mené des études qui le prouvent, en montrant une plus grande production de dopamine chez les croyants. Tout comme des dépressifs qui avaient la foi présentaient des taux de BDNF (ndlr: facteurs de croissance cérébrale) plus élevés, soit une meilleure plasticité cérébrale et conservation des neurones.»

La médecine doit intégrer ce coping…

Nos dériveurs de la pensée psychiatrique n’en restent pas au constat: ils estiment que la médecine doit intégrer ces «effets psychologiques de la croyance», aussi nombreux que positifs, et déjà baptisés «coping religieux» ou pour les mécanismes du cerveau «neurothéologie».

 «Des études menées à Genève, et répétées au Canada, sur des psychotiques ont aussi montré que dans 70% des cas, les patients font un usage positif de la religion». Mais attention: dans 15% des cas l’usage peut être négatif. Et «dans les 15% restants, les patients n’étaient pas croyants».

Ne souriez pas, tout cela est très sérieux: «Les imageries cérébrales de personnes récitant la «prière de sérénité» main dans la main montrent une stimulation dans les zones des émotions et une libération d’endorphine, qui sert à lutter contre la douleur.» Des effets positifs ont aussi été étudiés en EMS. Le psy ne redoute pas d’ouvrir des portes ouvertes: «Face à la solitude, à la perte de repères et d’autonomie, la foi peut être source de réconfort.»

Vous l’aurez compris: toutes ces études devraient faire réfléchir les mécréants et autres libres-penseurs. Mais pas de problème: même s’ils ne réfléchissent pas, l’hôpital compte bien creuser cette question «de manière systématique». Jacques Besson le promet, d’autant que, affirme-t-il, «les États-Unis […] en 2013, ont édicté une recommandation incluant l’obligation de pratiquer une anamnèse – évaluation préliminaire – spirituelle».

Et ceci s’effectue très facilement, «à l’aide de questions simples (…) Cela permet de définir le rôle, positif ou négatif, exercé par la religion et d’éventuellement soutenir cet appui...» Tu crois un peu? Je vais t’aider à croire beaucoup!

Les hôpitaux ne voudraient pas passer pour ringards, ils prennent donc le tournant de cette ineptie.

«Au CHUV (…) une collaboration interdisciplinaire, le SpirMed, regroupant des chefs de service et des responsables de l’aumônerie, vise à sensibiliser les soignants à la dimension spirituelle des soins.»

A Genève, «c’est en cours de création et nous travaillons déjà en interdisciplinarité», indique le responsable de l’aumônerie protestante.

Je propose aux possesseurs de directives anticipées d’ajouter un paragraphe: «Sauf demande expresse de ma part, je refuse absolument que des soignants ou des aumôniers se préoccupent de ma spiritualité.» 

Cette idée a peu d’avenir: 80% des cliqueurs du dossier l’ont apprécié.

Commentaires

  • Merci de nous informer de cette dimension spirituelle qui reprend une place dans le domaine médical.
    "L’«anamnèse spirituelle»: une menace pour les mécréants"
    Ce qui est étrange, c'est que vous le preniez de façon si agressive : Vous semblez vivre ce fait comme une menace mais pourquoi penser que tous les mécréants se sentiront concernés comme vous?.
    Il est aussi curieux que vous ayez besoin de glisser quelques mots acerbes. N'avez-vous pas d'arguments consistants pour ouvrir un débat conséquent?

  • Je dirai même plus: je trouve parfaitement scandaleux que l'hôpital entende sans que je ne lui ai rien demandé autopsier ma spiritualité, sentiment intime s'il en est.
    Le prochain stade sera-t-il de vérifier si les patients ont bien le genre qui convient à leur bien-être: LGBTQI, hétéro...?

  • Je le pense depuis plusieurs années, j'en suis convaincu aujourd'hui et ça ne cesse de s'aggraver: notre époque est devenue la plus bête de l'Histoire humaine.

  • Donc croire à des fables, à des illusions et à des mensonges serait bon pour la santé?! Il faut être sacrément tordu pour le penser.

  • Vous résumez la vie spirituelle à "des fables, des illusions et des mensonges". Si certaines religions ont donné cette impression, voire l'ont assénée à ceux qui les fréquentaient, il vaut la peine de faire la distinction d'avec la vie spirituelle.

  • "Encourager les patients à fréquenter davantage l’église, la mosquée ou la synagogue devient-il un nouvel outil de soins? "

    Oser amalgamer les mosquées aux églises juives ou chrétiennes est tout simplement de l'ordre de la démence. On ne mélange pas l'eau et le feu.
    L'islam, sous quelque forme que ce soit, est TOUJOURS quelque chose de profondément mauvais et pathogène.

    Il en va tout autrement pour les églises juives ou chrétiennes dont l'influence peut, ou non, être bénéfique en fonction de chaque situation particulière.

  • Excellent! Merci Kandel, j'allais écrire dans ce sens!

    Les gauchistes "Journaleux" espèrent continuer à nous servir leurs bullshit pour nous convertir.... même sur cette blogosphère: avec sa hantise des "frappes"

    "Et puis, aussi, dans dix mille vies ultérieures, se mettre à étudier, en profondeur, les langues, Histoires et civilisations du monde arabe, et du monde perse..... Mais ça enrichit l'esprit. Et ça pourrait même, un jour, nous ouvrir les cœurs."

    http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2019/12/30/quand-les-yankees-nous-lessivent-le-jugement-303480.html

    PS: Je lui ai rappelé l'assassinat des deux jeunes filles: Une Norvégienne de 28 ans et son amie danoise de 24 ans!

  • Cet article m'a aussi beaucoup choqué. Nous assistons, semble-t-il, à la grande alliance des croyants, fiers de leur renonciation à leur intelligence, fiers de se soumettre à leur divin irrationnel, contre les humains qui veulent penser et vivre librement. Les croyants - les esclaves - utilisent visiblement tous les moyens pour arriver à leurs fins, y compris la psychiatrie. C'est nouveau et il fallait le dénoncer, merci de l'avoir fait.

  • N'y a-t-il que que les responsables de ces programmes qui n'ont jamais entendu parler de l'effet placebo?
    Pourquoi ne pas faire appel aux fameux guérisseurs philippins de la fin du siècle dernier pratiquer leurs opérations chirurgicales miraculeuses?
    Et à quand une section de "chamanisme" pour compléter les études universitaires de médecine? Dire qu'il y a des gens qui ont peur du transhumanisme!

  • Mireille Vallette : "Je dirai même plus: je trouve parfaitement scandaleux que l'hôpital entende sans que je ne lui ai rien demandé autopsier ma spiritualité, sentiment intime s'il en est. ".
    Il est intéressant que vous employiez le terme de "autopsie" qui est l'examen d'un cadavre! Non, les médecins ne considèrent pas un malade comme un mort! Au contraire, ils montrent leurs intérêts à toutes les dimensions de l'être humain, dimensions qui sont toutes en interactions les unes avec les autres.
    Ils veulent justement pouvoir en tenir compte si nécessaire, ce qui est bien distincts de vouloir utiliser la dynamique spirituelle selon leurs bons vouloirs.

  • j ai un ami médecin bien plus âgé que moi avec lequel je ne partage pas toujours ses idées, entre autres, sur la spiritualité d après sa pratique et son expérience médicales. Il avoue que la maladie grave, la révolte légitime contre la survenue de la maladie en ayant pensé que les malades seraient toujours les autres et non pas soi-même et la mort rendent ces "croyants" plus sereins autant dans leurs vies voire le temps de ce qu il leur reste à vivre jusqu à la mort. Il ne dit pas que les non croyants sont spirituellement des anormaux non plus, nuance, mais qu il faudrait respecter les croyances des deux "parties...

    N.B.: J ai utilisé le terme "croyants" non pas seulement du point de vue ni religieux strict ni surtout pas exclusivement les théistes. De ce fait, et d après Wikipédia (il vaut ce qu il vaut!) "la croyance est celle des "religions" du monde qui sont: les adeptes du christianisme, de l'islam, la religion juive, l'hindouisme, la religion traditionnelle chinoise et le bouddhisme, les athées et les sans religion qui sont estimés à 14% de la population mondiale. "

    Bonne année Mme Mireille Valette.
    Comme d habitude, libre à vous de me publier ou pas.
    Charles 05

  • Ce qui dit votre médecin, c'est ce que j'appelle un truisme. Il y a quelques siècles que cette affirmation court. Et personne n'interdit à ces croyants de parler de leurs convictions si ça leur chante. Ce qui est insupportable est de l'imposer à tous les patients, avec l'arrogance de médecins qui trouvent une nouvelle tocade pour se faire une petite notoriété dans leur milieu.
    Cette histoire d' "anamnèse spirituelle" est effrayante.
    Pour le reste, j'adhère aux propos de Géo.

  • Bonsoir Mme Mireille Valette,

    Je vous remercie pour votre réplique intelligente et courtoise et qui retient mon attention certes. Vous m avez appris un terme que je ne connaissais pas auparavant, celui du Truisme donc "une vérité banale et si évidente qu elle ne mériterait pas d être répétée", soit! Néanmoins, on a beau répété même des vérités banales car cela suffit à comprendre que tout n allait si bien qu on en pense et qu on espère. L humain vit aussi avec des impulsions, des variations de son énergie et d ambition et il pense aussi qu il le veuille ou non à la mort et l après...bien qu il vient de la terre et il y retrournera..

    Bien à Vous Mme et re-bonne année 2020.
    Charles 05

    NB: Ce n est pas mon médecin mais un Ami-médecin!

  • Bien que croyant et doutant tout à la fois, j'approuve les commentaires de Marie-France de Meuron et, partiellement, celui de Kandel.
    Croyance, agnosticisme et athéisme, la science ne peut résoudre ces questions…
    Cependant, le hasard n'écrit pas de messages !
    "Car depuis le milieu du XXème siècle, on ne peut plus nous raconter n'importe quoi sur l'Univers, l'Homme et les vivants.
    Il devient donc possible de vérifier par soi-même, si le hasard aveugle est capable d'écrire le moindre message intelligent, comme un message génétique, par exemple…
    "Les indices pensables" de Brunor.

  • "Croyance, agnosticisme et athéisme, la science ne peut résoudre ces questions…"
    Ben voyons. Et c'est un croyant qui nous dit ça!
    La neurobiologie, cela ne vous dit rien sans doute?
    Vous appelez hasard ce que vous ne comprenez pas.
    Et ce que vous ne comprenez pas vous l'appelez aussi dieu, ou jupiter, ou n'importe quelle autre "divinité" créée par l'Homo religiosus.

  • Excellent billet, Mireille. Je partage entièrement votre indignation.
    100% avec vous !

  • @ Meuron
    " il vaut la peine de faire la distinction d'avec la vie spirituelle."
    J'attends votre définition de la "vie spirituelle".

  • "Il est intéressant que vous employiez le terme de "autopsie" qui est l'examen d'un cadavre! "

    Ben non! Désolée! Le cadavre n'en a pas l'exclusivité... LOL le sens figuré a aussi sa part dans autopsier..... "examiner attentivement et d'une manière approfondie." ce que certaines professions font couramment dans leur domaine.. Et ce qu'il m'arrive aussi de faire ....

  • "Cependant, le hasard n'écrit pas de messages !" Il ne suffit pas de brandir un livre en prétendant que c'est un dieu qui l'a écrit pour que cela soit vrai. Les explications de la création par les religions datent d'un temps où il n'y avait pas de différence entre savants et prêtres. C'étaient les mêmes et ce n'est plus le cas depuis longtemps. Rappelons que pendant très longtemps par la suite, les gens de la religion ont persécuté les savants...

  • Si notre époque est devenue « la plus bête », c’est notamment parce qu’elle est celle de toutes les confusions. A force de « relativisme absolu » (pardon pour l’oxymore), tout se vaut et « tout » égale « rien ». Si tout n’est pas (encore) régression, régresser semble être devenu une manière de progresser. Vers quoi ? Que la médecine officielle en soit à mettre sur le même pied savoir et croyance, recherche scientifique et « spiritualité » (dans notre cas, euphémisme pour superstition), permet de mesurer la gravité du mal dont souffre le malade.

    Les « croyants » seraient donc plus à l’abri des maladies, plus résistants, plus résilients. D’abord, j’ignore si c’est vrai et, puisque qu’on est dans la croyance, je n’en crois rien. L’espérance de vie a d’ailleurs augmenté bien plus que le nombre de croyants (excepté chez les musulmans et chez les évangélistes, bien sûr, qui sont aux antipodes de la science et de la médecine modernes). La tendance du second est même en fonction inverse de celle de la première.

    Le plus ahurissant, c’est que des médecins, pourtant généralement considérés comme des scientifiques, puissent confondre corrélation et causalité. A ce propos, une blague m’est revenue : Un chercheur faisait des expériences sur des insectes, en particulier des puces. Il en avait dressé une à sauter sur commande. En lui disant « hop » elle faisait un saut. Avec « hop, hop » deux sauts. Et ainsi de suite. Il la soumettait à différentes contraintes, ça marchait (et sautait) toujours. Il tenta enfin une dernière expérience ; il lui coupa les pattes. Ensuite, il lui lança « hop ». Rien ! « Hop, hop », rien non plus. Il eut beau changer de ton, de voix, d’accent, toujours rien. Après plusieurs, essais il écrivit un rapport qu’il conclut ainsi : « Quand on coupe les pattes à une puce, elle devient sourde » !

    Attribuer des vertus curatives à des croyances est du même ordre. Sur cette voie, pourquoi ne pas considérer comme des actes médicaux l’imposition des mains, la chiromancie, la cartomancie, l’astrologie, le vaudou et autres fumisteries. C’est un des symptômes du relativisme (en clair, du n’ « importe quoi ») dont souffre notre époque : l’infantilisme généralisé.

  • Belle réflexion! J'adhère!

  • Il y a t'il une relation entre l'esprit saint, le souffle de Dieu et le Ki le souffle de vie, l'énergie vitale ?

    L'Energie suit-elle la pensée ?
    Le Qi Gong. est pratiqué depuis 1954 dans les hôpitaux chinois pourquoi ?

    A votre avis pourquoi donc tant de sportifs d'élite ont recours à la sophrologie ?

    Finalement la seule certitude, c'est qu'on va y laisser notre peau, un jour ou l'autre, avec ou sans.

  • Madame Mireille Valette,

    Pourriez-vous nous dire pourquoi avez-vous choisi cette photo très pré-destinée de votre article-chapeau? Car sur les 10 ou 15 choix de photos des différentes "religions" mono théistes/boudhistes/indous/athées/Non croyants/non praticants etc..., vous n avez trouvé que la photo d un Musulman? Etes-vous toujours objective du pdv scientifique? J ai beaucoup de doutes et je ne suis pas le seul?

    Libre à Vous de me publier ou pas sur votre blog, comme d hab. et bien à vous..

    Charles 05

  • Vous n'êtes pas le seul? Damned, j'étais sûre que c’était le cas!

    Cette photo est tout simplement celle qu'a choisie la Tribune. C'est d'ailleurs tout à fait symptomatique.

  • Merci pour votre réplique, Mme Mireille Valette. J en prends note!

    Bien à vous.
    Charles 05

  • Le 23.12, Magali Orsini a écrit un texte sur ce même sujet et il a étrangement disparu de la liste des blogs, on le retrouve via google. Etrange....
    http://morsini.blog.tdg.ch/archive/2019/12/23/avoir-la-foi-303325.html#article-comments

    J'y avais commenté mon agacement de constater qu'on assimile prière musulmane avec paix, sérénité et bonheur. C'est tellement typique et prévisible. Mais qui va encore gober ça ???

    En attendant, un homme barbu, vêtu de blanc et pieds nus (...en janvier ! Encore un détraqué, certainement.....) attaque des gens au hasard avec un couteau à Villejuif. Un mort et deux blessé, dont un en état critique. A-t-il trop prié ou pas assez ? Et quel dieu prie-t-il, selon vous ?

    Il me semble avoir déjà lu ce scénario ailleurs.... Selon deux sources (Le Parisien et RTL), il aurait criée Allah Akbar, mais personne ne va s'aventurer à confirmer cette rumeur, bien sûr. Dormez, braves gens !

  • Si, si Arnica c'est confirmé! Vidéo à l'appui:

    Attaque terroriste à Villejuif : l’homme qui a poignardé plusieurs personnes criait « Allah Akbar » et portait une djellaba selon RTL. 1 mort et 2 blessés graves (Vidéo)
    Il a été rejoindre les 72 vierges renouvelables au Paradis/B....... du si grand....

    https://www.europe-israel.org/2020/01/attaque-terroriste-a-villejuif-lhomme-qui-a-poignarde-plusieurs-personnes-criait-allah-akbar-et-portait-une-djellaba-selon-rtl-1-mort-et-2-blesses-graves-video/

  • Le texte de Magali Orsini n'a pas *disparu* de la liste des blogs invités. Il est simplement descendu dans la liste selon sa date et se trouve tout simplement en cliquant sur page 2.

  • @Daniel,
    Si vous voulez vraiment connaître le sens de la "vie spirituelle", vous pouvez consulter les 5 630 000 résultats possibles en cliquant sur Google. Ainsi vous pourrez en élaborer votre propre perception....

  • 1) Je n'utilise pas gg.
    2) Je vous ai demandé votre propre définition ou conception.
    3) Vous ne m'avez pas répondu.
    4) Que puis-je en déduire?

  • Ca y est, il est maintenant clairement confirmé que l'attaquant de Villejuif a crié Allah Akbar. Il y avait sans doute trop de témoins pour qu'il soit possible d'occulter ce détail.

    L'attaquant est évidemment un cas psychiatrique. S'il a fumé un joint avant de passer à l'acte, il sera considéré comme parfaitement irresponsable et donc blanchi et absous. Bon, il est mort... ce sont les 73 vierges au paradis qui en décideront.

    Il est fou, mais tout de même assez lucide pour épargner qqn qui a eu la bonne idée de réciter une prière musulmane (au hasard.....S'il avait récité une prière juive ... ? hmm... ).

    Nous pouvons en conclure que :
    a ) fou, mais capable de distinguer un bon fidèle du mécréant
    b) le musulman modéré sait qu'il sera sauvé s'il démontre qu'il appartient à la bonne foi - mais les deux choses sont évidemment parfaitement sans rapport aucun
    c) il vaudrait la peine d'apprendre une ou deux prières musulmanes, ça peut nous sauver la vie !

  • Dans le livre LE PROJET d'Alexandre del Valle et Emmanuel Razavi, il y a les articles du Manifeste de Hassan al-Banna, le grand-père des frères Ramadan, en 50 points. Je vous en livre 1 - art. 3 - fortifier l'armée et multiplier les phalanges de jeunes en les éduquant à la ferveur de la guerre sainte (jihad)

  • « …ils estiment que la médecine doit intégrer ces «effets psychologiques de la croyance», aussi nombreux que positifs, et déjà baptisés «coping religieux» ou pour les mécanismes du cerveau «neurothéologie».
    Ouaaaah!
    un cerveau « neurothéologie «  ou « neurothéologique » existe ?
    Découverte faite au siècle ou la théorie du cerveau « triunique », à savoir la coexistence conflictuelle d’un cerveau reptilien, d’un cerveau paléomammalien et d’un cerveau néomammalien, est considérée comme obsolète.
    C’est vrai que les croyants se suicident moins que les mécréants.
    Toutes les religions interdisent le suicides , sauf quand le « boss* ou plutôt son porte-parole ne l’a pas transmuté en sacrifice pour la bonne cause.
    Et il faut aussi admettre que vu que le « big data cosmique » sait tout de nous, de nos pensées intimes, de nos petits travers, de nos fantasmes et secrets inavouables et de nos actes, que ce n’est pas gagné de mourir pour tout croyant.
    Le crédule est plus proches de la brochette ad aeternam, ou en préventive, en attente du jugement dernier, que de l’orgasme perpétuel à jouer de la harpe sur son petit nuage.
    Par conséquent il est certainement moins pressé de claquer que l’athée.
    Pas besoin de mesurer mon taux d’endomorphines ou de sérotonines dans mes synapses pour seulement comprendre ce simple fait.
    On revient quand en médecine à la saignée ? Une fois converti à l’islam ?
    Malraux
    « On m’a fait dire que le XXIe siècle sera religieux. Je n’ai jamais dit cela, bien entendu, car je n’en sais rien.Ce que je dis est plus incertain. Je n’exclus pas la possibilité d’un événement spirituel à l’échelle planétaire ».
    Cyan
    « Le XXI ème siècle est vraiment peuplé de sacrés c…. qui auront de plus en plus d’ audience à l’échelle planétaire. Et on ne va pas vraiment évoluer.»

  • "« …ils estiment que la médecine doit intégrer ces «effets psychologiques de la croyance», aussi nombreux que positifs"
    Désolé de me répéter, mais elle l'a déjà fait, et de mille manières (allant des mesures d'efficacité exigées pour les nouveaux médicaments au récits ethnographiques portant sur les pratiques chamanismes (au sens large).
    Malheureusement personne ne semble vouloir y prêter attention, tant les gens sont attachée à leurs superstitions. Pourtant il n'y a rien de scandaleux à comprendre et à affirmer que toute conviction partagées par un groupe proche a un effet bénéfique sur un de ses membre et peut contribuer à sa guérison. Si elle se produit, elle a eu plus de temps pour évoluer (et des conditions sociales favorables), si elle ne se produit pas, il y a tout un arsenal de raisons (dont souvent la sorcellerie de tiers mal intentionnés) pour rendre l'acceptation plus douce.
    Une raison acceptée par tout le groupe facilite la "guérison sociale" de celui-ci, c'est qui est tout aussi important que celle du malade livré finalement à la mort. Et l'entourage du mort guérit plus facilement s'il peut adhérer à une cause, fût-elle surnaturelle, comme le font ceux qui, après une catastrophe naturelle ou une mort accidentelle quelconque sont réconfortés lorsque le corps est retrouvé et peut trouver ce que les croyants appellent une "repos éternel".
    Sans vouloir prolonger de manière indue, j'ajoute que l'origine et les causes de la guérison (qui nous impose tn l'occurrence plus que la mort dans cette discussion) ne prêtent pas à discussion dans une petite société tribale soudée ou dans une théocratie dominante.
    Elle peut faire problème dans nos sociétés laïques ou s'affrontent des positions philosophiques qui ont des conséquences sociales: le matérialiste incroyant aura de la peine à voir la prise en charge financière de pratiques dites "spirituelles", donc religieuses pour lui, car même si une guérison n'a pas les mêmes causes qu'il lui attribue lui-même, elles apportent du poids à ce qui lui paraît une survivance de la superstition.
    Quant au croyant, qui postule qu'il existe autre chose que la matière, notamment l'âme, il trouve dans toute guérison obtenue ou facilitée par une intervention surnaturelle, un renforcement de sa croyance et de sa confiance en son dieu, sans compter les "bénéfices" de toute sorte que peut en tirer l'organisation de son Eglise, à qui ont demande de plus en plus des "preuves" de l'intervention divinise dans nos affaires.

  • La bonne question n'est pas la guérison après la maladie, mais de savoir ce qui aide le plus à ne pas tomber malade en premier lieu.

    Il est déjà incroyable qu'il n'y ait pas plus de malades dans le monde de fous actuel: stress, addictions, conflits, pollution, nourriture de merde.

    Et pourquoi donc les croyants voudraient-ils guérir? Plus tôt ils seront morts, plus tôt ils seront au paradis. S'il se raccrochent à cette vie terrestre, c'est que dans le fond, tout au fond d'eux-mêmes, ils savent qu'il n'y a rien d'autre. Et ils sont terrorisés.

  • "Il est déjà incroyable qu'il n'y ait pas plus de malades dans le monde de fous actuel: stress, addictions, conflits, pollution, nourriture de merde."
    En fait, il y a beaucoup de malades. Pour les raisons indiquées ci-dessus. Mais l'être humain est très responsable de son destin aussi : il fume, boit de l'alcool, se drogue, pratique des sports dangereux...et tout cela pour des raisons "psychologiques". Les psychologues l'ont bien bien compris et comptent bien se faire des couilles en or pour faire semblant de lutter contre...

  • Scoop intéressant ! Boris Cyrulnik (pas le premier venu) compare le formatage et le lavade de cerveau des islamistes au nazisme et à l'inquisition
    https://www.sudouest.fr/2015/01/09/terroristes-islamistes-c-est-la-meme-mecanique-que-pour-les-nazis-1791819-6092.php?fbclid=IwAR1nEBSMv4YVWxCeNW9FbCzt9MR8_KnrpRsmZtp2rpOns2bL2V5OSSiuAAc

    "... nos gouvernants qui ont abandonné culturellement les gosses de nos quartiers et les ont soumis à des manipulateurs. L’Allemagne nazi était très cultivée, mais la base de la société ne l’était pas du tout. C’est exactement la même chose dans les pays du Moyen-orient."

  • Correction: "preuve de l'intervention divine dans nos affaires"

Les commentaires sont fermés.