Racisme : le grand tabou

La Suisse serait terriblement raciste. Les manifestants comme les services d’intégration le proclament. Les immigrés eux sont blancs comme neige et les historiens sont surtout préoccupés de lutte idéologique.

 

racime enfants.jpg

Les manifestations antiracistes ont la cote, soutenues par les médias. Ceux-ci font défiler les habituels experts qui expriment à peu près tous la même chose. On cherche vainement quelque contribution originale. Il faut dire que cette lutte contre le racisme se double d’une lutte anti-Trump et les manifestants comme les médias tiennent probablement encore plus à celle-ci qu’à celle-là.

Mais qu’on veuille nous convaincre que notre pays est d’un racisme «systémique», comme les Etats-Unis, et la police dans son ensemble anti-noire, c’est trop.

Que les Noirs soient en tête des victimes de racisme, cela ne fait aucun doute. Les statistiques des centres chapeautés par la Commission fédérale contre le racisme (CFR) le montrent chaque année. Au point que je me suis élevée contre le fait que pour la CFR, le thème des discriminations était obsédant concernant les musulmans et si peu pris en considération concernant les Noirs.

Les exemples de racisme répertoriés par ces centres montrent que les propos ou actes racistes sont le fait d’individus et pas du tout «systémiques», y compris dans la police.

Mais quelle société a réussi à éradiquer totalement ce fléau? La Suisse pas plus que les autres ou… peut-être un peu plus quand même. Les centres dont j'ai parlé sont à disposition dans tout le pays, chargés de traiter les plaintes en discrimination. Logement, emploi, insultes, propos déplacés ou traitement inadmissible en font partie.

Autre indication: selon l’Office fédéral de la statistique, «la prévalence des stéréotypes sur les personnes noires est faible. Les stéréotypes positifs sont plus répandus (9%) que les stéréotypes négatifs (6%). »

«76% de la population s’accorde à dire que les personnes noires éprouvent plus de difficultés à trouver un logement dans le pays et 72% valide l’existence de discriminations sur le marché de l’emploi (…). 43% réfute l’affirmation selon laquelle le racisme envers les personnes noires est un problème secondaire et 45% conteste le fait que ces dernières se plaignent trop souvent d’être discriminées.»

Le reste de ces statistiques n’est pas toujours positif, mais rien moins qu’affolant.

On ne peut pas dire en tout cas que cette problématique est oubliée par les services chargés de l’intégration. Tous ont pour but l’intégration et la prévention du racisme.

Présentation dans le site du canton de Genève: «Nous sommes, au sein de l’Etat, l’organisme chargé de coordonner l’action publique concernant l’intégration des étrangers et la prévention du racisme et des discriminations Ce Bureau de l’intégration des étrangers développe des projets «liés d'une part, à l'intégration des étrangers et, d'autre part, à la prévention du racisme et des discriminations».

Le Service de la cohésion multiculturelle de Neuchâtel propose des cours et formations qui permettent l'acquisition de compétences aux personnes migrantes, la valorisation de la langue et de la culture d'origine, la formation à la gestion de la diversité et la prévention du racisme et des discriminations.

Lors des «Semaines contre le racisme», les immigrés sont invités à une promenade (intégrée à l’offre touristique) «Sur les vestiges de l’esclavage à Neuchâtel».

Le service vaudois s’intitule «Bureau cantonal pour l'intégration des étrangers et la prévention du racisme». Le canton propose pour ces questions de racisme une «permanence d’écoute et d’accompagnement», et la ville de Lausanne une «permanence info-racisme». Et Fribourg possède un «Bureau de l’intégration des migrant-e-s et de prévention du racisme.»

En résumé, le message est double : il faut vous intégrer… dans cette société de racistes. Un peu comme si le racisme était la caractéristique majeure de ce pays.

Les immigrés provenant de sociétés beaucoup plus évoluées que la nôtre, il n’est jamais question d’un éventuel racisme qui les concernerait. Le racisme est suisse et blanc. Il serait malvenu et stigmatisant d’aborder le thème du racisme de nos immigrés, notamment envers les Noirs, par exemple les Maghrébins et les Irakiens, mais aussi des Noirs envers d’autres Noirs: le tribalisme et l’ethnisme rejoignent parfaitement le racisme, affirme la Burundaise Marie Nzigamye. A la prison de Champ-Dollon, des heurts graves entre Kosovars et Africains ont conduit à ce que la prière du vendredi soit destinée une semaine sur deux à chaque culture.

Je n’ai pas découvert dans les multiples offres des services d’intégration un seul cours sur les valeurs de notre société et notamment l’égalité entre hommes et femmes. Valoriser la langue et la culture du pays d’accueil serait probablement stigmatisant.

A propos de la tempête d’antiracisme que nous vivons, je me suis souvenue du pavé magistral qu’a écrit Olivier Pétré-Grenouilleau sur les traites négrières. Il analyse aussi celle des Arabo-musulmans, qui n’a rien à envier à la traite Atlantique, et montre que l’Afrique Noire n’a pas été seulement victime de l’esclavage, mais «un de ses principaux acteurs». Si j’étais Neuchâteloise, je trouverais très injuste que la visite des vestiges neuchâtelois de l’esclavage ne s’accompagne pas d’une page d’histoire sur ces thématiques. Mais le sujet de ces autres traites reste tabou.

Je précise que l’auteur ne fait pas dans le scoop: il synthétise de très nombreuses recherches qui ont fait avancer la connaissance de ces traites, et pas un historien sérieux ne contesterait le rôle des Africains -ou plutôt d’Africains- dans ce sinistre pan d’histoire. A l’exception peut-être de nos nouveaux historiens suisses: leurs recherches doublées d’un combat idéologique s’arrête toujours à la traite des Noirs par les Blancs. Un nouveau procès est fait à la Suisse à partir d'un constat stupéfiant: des hommes d’affaires ont trempé dans la colonisation et l’esclavage. Il faut que la population, les enfants des écoles et toutes les institutions l'apprennent, c’est impératif. Neuchâtel est déjà allée à la traque de ces mauvais Suisses, les autres cantons vont suivre.

J’écoutais il y a quelques années une interview de Pétré-Grenouilleau sur Espace2. 

  • La journaliste: En Suisse, des hommes d’affaires se sont enrichis grâce à l’esclavage…
  • OPG: L’esclavage était généralement accepté à l’époque. Mais il faut relever que la Suisse a été très active dans le mouvement abolitionniste.

Ça m’a frappée, je ne savais pas. Mais aujourd’hui, quel historien traite de sujets dans lesquels la Suisse a joué un rôle positif ? Hier encore à Forum, un long entretien avec des historiens pointait à la fois le racisme et le colonialisme auquel des hommes d’affaires suisses ont participé. Et demandaient même «des réparations». Même topo à Infrarouge du 17 juin.

Pourtant montrer que nous ne sommes pas… tout noirs nous ferait tellement de bien! Comme nous ont fait du bien les propos de Mohamed Hamdaoui à Infrarouge le 10 juin, qui affirme entre autres qu’en tant que Noir, «en 53 ans», il n’a jamais été victime de discrimination dans une institution. Sans contester le moins du monde qu’il y ait des individus racistes. La quasi-totalité des participants ont d’ailleurs contesté ce «racisme systémique» qu’invoquent les activistes.

Mais les historiens d'aujourd'hui comme les manifestants souffrent d'une forme de haine de notre système, de notre pays, de notre culture. Comment expliquer sinon qu’aucune manifestation n’ait jamais été organisée afin de soutenir les Hongkongais qui se battent pour la démocratie?

 

Olivier Pétré-Grenouilleau, «Les traites négrières -Essai d’histoire globale», Gallimard 2004, 468 p.

Commentaires

  • Racismes quels racismes?? il est intéressant de voir qu'à Dijon où des heurts ultras violents ont opposés deux populations musulmanes, sur fond de trafic de drogue! La police (raciste) était tout d'un coup la bienvenue! L'article du Temps "Dijon redoute de devenir un bastion de gangs! Quand nos gouvernements se soumettent ça donne ce type de débordement!

  • Bonjour Dominique, avez-vous remarqué que la presse a décrit les gangs maghrébins de Dijon, cagoulés et armés, comme de simples "habitants de Dijon" ou même comme des "hommes encagoulés et armés voulant défendre leur quartier" ( Le Monde)

    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/06/15/dijon-apres-les-violences-inedites-de-ce-week-end-des-forces-de-l-ordre-en-renfort_6042913_3224.html

    Imaginez-vous défendre votre quartier cagoulé et armé ? Vous serez immédiatement taxé de milice d'extrême droite xénophobe.

    Par contre les gangs tchétchènes ont été décrits simplement comme des tchétchènes,

    J'avoue que j'ai du mal à comprendre pourquoi il y a d'un côté des gens qui sont systématiquement décrits comme des "habitants" ou des "jeunes", même quand ce sont de délinquants, et de l'autre côté, d'autres gens qui n'ont pas droit à ces doux euphémismes. Peut-être qu'ils sont moins nombreux et n'ont pas encore le droit de vote ? Alors dans leur cas on n'a pas peur d'appeler un chat un chat, car électoralement cela ne coûte rien.

  • Le voilà le vrai racisme¨UN SCANDALE! VOIR ABSOLUMENT LES VIDÉOS: Ces personnes devraient vivre chez eux, dans leur milieu! Plus racistes on meurt!

    Le 12 juin dernier à 15h23, sur la 3ème avenue entre la 15ème et la 16ème rue à Manhattan, le jeune ci-dessus a frappé une vieille femme de 92 ans. Sans raison, gratuitement.

    La vieille dame est tombée et sa tête à heurté une bouche d’incendie. Elle a été transportée à l’hôpital. C’est le privilège d’être blanc : être victime d’un racisme dont l’existence est niée.

    Voici la vidéo, publiée par le département de la police de New York :

    C’est le privilège d’être blanc.

    Grâce à la publication de son signalement sur les réseaux sociaux, le coupable a été arrêté. Il s’appelle Rashid Brimmage, il est noir, il a 31 ans, et vit à Harlem.

    Et Black Lives Matter réclame sa libération. Et cela n’a aucune importance. Dans une ville très à gauche comme New-York, dirigée par un maire communiste qui a été élu pour un second mandat, Rashid Brimmage n’en est pas à son premier coup. En fait, il a déjà été incarcéré plus de 100 fois, rapporte CBS (1). Autrement dit, il a déjà été libéré plus de 100 fois. Autrement dit, il a déjà commis plus de 100 délits.

    Les vidéos qui suivent sont d’autres témoignages du privilège d’être blanc. Si vous êtes sensibles, merci de ne pas les regarder.

    Dans la vidéo suivante, la jeune femme qui va être attaquée tient un bébé dans ses bras :

    https://newyork.cbslocal.com/2020/06/16/92-year-old-woman-shoved-on-manhattan-sidewalk/
    https://www.dreuz.info/2020/06/17/privilege-blanc-ou-privilege-detre-attaque-parce-que-blanc/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

  • Il faut aller le dire au socialaud Thévoz le toto.

  • Rien de particulier à dire, sauf que je vous remercie que je soutiens toujours votre combat et que je vous en félicite.

  • Et quid des jeunes filles qu'on marie (de force) pendant les vacances au pays ? En effet, il serait inconcevable pour une jeune Afghane d'épouser un Kosovar ou pour une Syrienne d'épouser un Sénégalais, même s'ils sont tous musulmans (et donc : amour et tolérance). Encore moins concevable qu'ils épousent un(e) mécréant blanc, ni même noir(e). Il serait bon, en effet, qu'on parle davantage du racisme totalement décomplexé entre immigrés.

    La NZZ en parle (c'est en allemand, il est possible de lire un article par jour), de ces mariages forcés de jeunes filles mineures qui n'osent pas s'opposer aux pressions de leur famille. Le mariage est validé par la Suisse quand elles deviennent majeures et la jeune mariée doit ensuite faire fonctionner le regroupement familial. Quel plan astucieux ! Et les victimes de cette sinistre machination, tout le monde s'en fout ! Heureusement, il semblerait que les jeunes filles ayant grandi en occident commencent à se rebeller, mais c'est difficile et dangereux (crimes d'honneur).
    https://www.nzz.ch/schweiz/minderjaehrigenehe-in-der-schweiz-mit-16-im-urlaub-verheiratet-ld.1561570

  • J ose pas imaginer ce que serait la vie des blancs si on inversait les rôle. Mais j 'imagine qui faut être un monstre raciste pour penser ça, non ?

  • Effectivement, ces petits censeurs à œillères qui veulent purifier notre société en redressant le langage, en déboulonnant les statues, en brûlant les livres (les autodafés seront la prochaine étape!) pour prendre le pouvoir ont besoin de diffuser la haine de notre culture et plus largement de l’Occident.
    Ils devraient lire (s’ils savent lire...) « La société pure: de Darwin à Hitler » d'André Pichot et un peu voyager dans le monde.

  • S’agissant de l’esclavage évoqué en fin de cet article, je me permets de signaler deux livres :
    1.« Le génocide voilé » de Tidiane N’diaye (Continents noirs, NRF, Gallimard). L’auteur y expose, sur la base de faits précis et rarement évoqués par nos médias, une évidence historique: « Les Arabes ont razzié l’Afrique subsaharienne pendant treize siècles sans interruption. La plupart des millions d’hommes qu’ils ont déportés ont disparu du fait des traitements inhumains. » Évoquant ces faits, l’auteur, anthropologue et économiste, rappelle : « Quel malheur pour l’Afrique, le jour où les Arabes ont mis les pieds dans l’intérieur. Car avec eux ont pénétré et leur religion et leur mépris du Nègre… »
    2. Autre ouvrage essentiel pour avoir quelque connaissance complète du sujet, et non seulement subir les unilatérales litanies médiatiques, « Esclaves chrétiens, maîtres musulmans» de Robert.C. Davis (Ed. Babel). On y rappelle que «la traite des Blancs pratiquée en Méditerranée par ceux que l’on nommait alors les Barbaresques a duré près de trois siècle a causé plus d’un million de victimes». L’auteur, professeur d’histoire, évoque notamment «quelle forme prenait l’asservissement physique et moral de ces hommes et femmes originaires de toute l’Europe.»

  • Petite vidéo de circonstance sur un sujet tabou dont nos "chers" médias bienpensants ne nous parleront jamais::

    https://www.youtube.com/watch?v=hN3xiggssJ8

  • Il semble que la presse fait vraiment son possible pour dresser les gens les uns contre les autres. Nous avons eu droit aux campagnes de promotion pour l'importation de l'islam en Europe, même si Mahomet demande de haïr les mécréants que nous sommes. Puis nous avons eu la campagne pour le féminisme dévoyé qui nous demande de détester nos hommes. Puis nous avons eu la campagne pour créer la psychose du coronavirus qui voulait que nous ayons peur de nos proches, de notre famille, de nos amis, de nos concitoyens, et qui a attaqué au cœur l'économie réelle.

    Et maintenant c'est le tour de la campagne "antiraciste" qui cherche à créer la guerre des races, et nous demande de considérer une personne avant tout selon sa couleur de peau .

    Quand cela va-t-il s'arrêter ? Que cherchent les grandes fortunes qui détiennent la presse et qui donc dictent les lignes éditoriales ? Veulent-ils que tout le monde déteste tout le monde, et que tout le monde entre en guerre contre tout le monde ? Est-ce simplement la preuve d'une profonde irresponsabilité ? Ou est-ce pire ? Après une guerre, ceux qui ont eu les moyens de mettre à l'abri leur fortune et leur personne, peuvent revenir et racheter la terre pour trois fois rien. Est-ce l'objectif ? Les campagnes se suivent avec une telle intensité que j'en perds mon latin. Mon inquiétude grandit.

  • Un nom revient souvent: SOROS que j'ai cité sur le billet d'un autre blog mais qui a été censuré.

  • Cette video est aussi très intéressante, même si la toute première affirmation est fausse étant donné que la traite arabo-muslmane a fait plus de victimes que toutes les autres:

    https://www.youtube.com/watch?v=4DaXgrPgsNY

  • Choses vues: dans le préau d'une école près de chez moi, on peut voir des petites filles blondes tenir gentiment par la main des petites africaines. Ensuite, de la terrasse de mon bistro, je vois passer des groupes de jeunes gens dont les uns sont de peau blanche et les autres de peau noire et leur amitié ne fait aucun doute. Dans mon immeuble, des Africains ont logé pendant plusieurs années. On se saluait aimablement en attendant l'ascenseur..
    Je pense ne pas être le seul à évoquer des faits semblables..

  • Monsieur Thomann, quand je m’insurge sur ces personnes , c’est uniquement sur elles. Je n’en fais pas une majorité. Cette sauvagerie gratuite ne doit pas exister en Europe! Ces personnes sont à expulser! L’Afrique est immense! Ils sont mieux chez eux pour exercer leur barbarie! Les États- Unis devraient revoir leur constitution devenue obsolète en ce 21eme siècle où tout ce qui se passe nous radicalise!

  • Il suffit aussi de lire Terre des Hommes de Saint Exupery pour se faire une idee de l'esclavage intra-africain au 20e siècle.

    De même le film La Folie des grandeurs montre la traite barbaresque menée par les musulmans qui razziaent toutes les villes côtières de Mediterranée pour faire des prisonniers chrétiens et les réduire en esclavage. D'ailleurs, si la France a dû conquérir l'Algérie en 1830, c'est pour y mettre fin! Mais chut!, il ne faudrait surtout pas ébruiter ça, car la vérité n'est pas bonne à dire:

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Traite_des_esclaves_de_Barbarie

  • Merci de rappeler certaines vérités à nos ignorants militants bobo verts et autres. Le pompon a été atteint lors d’une manifestation récente à Genève. «Non au suprémacisme blanc» proclamait une pancarte. On importe les problèmes des États-Unis en Suisse!

  • Merci pour cet excellent article. Je connais l’ouvrage que vous citez ainsi que d’autres sur les origines de l’esclavage, lesquels, démontrent que l’Afrique Noire n’a pas été seulement victime mais «un de ses principaux acteurs». Dommage que la plupart des média ne relaient pas ces sources. La désinformation à l’oeuvre dans nos média romands est une honte pour les journalistes. La trahison de ces clercs est patente depuis longtemps.

    Par ailleurs l’histoire de l’esclavage ne date pas d’hier (Cf les travaux de Paul Veyne entre autres…) et se poursuit de nos jours, les acteurs nous en sont connus. Quant à ses racines anthropologiques, les résultats contrastés des nombreuses recherches alimentent toujours de féroces discussions. On connaît la compétition acharnée des chercheurs. (P.Feschotte - Les illusionnistes - pour ne citer que lui.). Le souci du proche et la peur de l’étranger, très grossièrement dit semblent en être la source. Pour l’illustrer, je cite cette phrase du manuel de sagesse ordinaire du père J.M Bochenski : "Aussi longtemps que tu ne le connais pas bien, considère tout homme rencontré comme un imbécile méchant. "

    Pour ma part, ancien travailleurs social et directeur d’institutions je constate depuis des années que les mesures nombreuses et coûteuses mises en place sous nos latitudes. pour déraciner le racisme, produisent davantage d’effets pervers que d’effets voulus.

    Pour ce qui a trait à l’ignorance des foules je ne vous apprendrai rien en citant le Discours de la servitude volontaire d’Etienne de La Boétie ainsi que les ouvrages de Serge Tchakhotine, Gustave Le Bon, Hermann Broch, sur les masses. Des livres salutaires oubliés et trop peu lus.

    Je n’ai pas voulu dans ce mail me livrer à un argumentaire classique avec sources et références diverses pour défendre mon point de vue. Toutefois avant de conclure, je souhaite vous faire part d’une anecdote datant de séjours en Ecosse et en Irlande il y quelques années de cela:

    En matière de trahison, Les « Clearances » en Ecosse (env. 1745) demeurent encore douloureusement présents dans la mémoire écossaise, une ignominie exemplaire de la trahison de leurs chefs de clans qui, en convertissant les terres cultivées en pâtures à moutons, plus rentables, dépossédant les fermiers par la force souvent, les ont forcés à l’exil. Leur honte se donne à voir sur le terrain (ruines des fermes) mais aussi sur les cartes topographiques où elles ne figurent plus.

  • Un très bon livre paru en 2012: Pour en finir avec l'idéologie antiraciste, de Paul-François Paoli.
    4e de couverture: "L'antiracisme, nécessité morale absolue, a atteint ses objectifs en Occident. Toute idée de suprématie raciale y est désormais délégitimée et celui qui s'en prévaudrait encourrait, à juste titre, l'opprobre des institutions et des médias. Pourtant, alors que les racistes avérés sont devenus très marginaux dans nos sociétés, l'antiracisme s'est mué en une idéologie à la fois diffuse et contraignante qui outrepasse largement sa raison d'être. Manipulée comme une arme de disqualification
    massive, elle impose un terrible chantage sur quiconque ose interroger l'immigration, l'influence de l'islam ou le multiculturalisme. Non contente de réintroduire le délit d'opinion, elle interdit par ailleurs, au nom d'un universalisme au rabais, toute réflexion sur la grandeur et l'unicité de la culture européenne.
    A travers une méditation historique sur l'épineuse question de l'identité française, Paul-François Paoli déconstruit une doxa tyrannique qui stérilise le débat public."

  • Das son commentaire du 19 juin à 11h15, Sophie a écrit:
    “Mahomet demande de haïr les mécréants que nous sommes.”

    Le fait que la Suisse (elle n'est pas la seule) ait une politique si indulgente et bienveillante envers les musulmans trouve sa source dans l'enseignement de Jésus et découle de l'influence du christianisme.
    Preuve en soient ces paroles prononcées par le fondateur du christianisme :

    “Mais je vous dis, à vous qui m'écoutez: Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent. Si quelqu'un te frappe sur une joue, présente-lui aussi l'autre. Si quelqu'un prend ton manteau, ne l'empêche pas de prendre encore ta tunique. Donne à quiconque te demande, et ne réclame pas ton bien à celui qui s'en empare.”
    (Luc 6:27-30; dans le même sens: Matthieu 5:38-44).

  • Avouez, Mario, que la gauche s'est empressée de reprendre l'humanisme chrétien.

  • Nietzsche affirmait que l'apôtre Paul a délibérément propagé le christianisme en tant que religion subversive (ou arme de guerre psychologique) au sein de l'Empire romain, en représailles aux destructions infligées à Jérusalem par la première guerre judéo-romaine (66 à 73 de notre ère).

  • Bien joué Mario...Mais y a t'il encore existence en ce cas de figure ?

    Autrement dit, je donne ma vie à qui me la demande ?

  • Jésus était un doux illuminé.
    Mahomet, quant à lui, prenait prétexte de la volonté de Dieu pour imposer sa politique de conquêtes et assouvir sa soif de pouvoir.

    Le Coran, comme chacun sait, “est le Livre au sujet duquel il n'y a aucun doute, c'est un guide pour les pieux” (sourate II, verset 2).
    Dans ce guide rempli de sagesse, on peut lire :
    - “Que la malédiction de Dieu tombe sur les mécréants!” (II:89 in fine);
    - “Que Dieu purifie les croyants et anéantisse les mécréants” (III:141);
    - “Tuez-les [les incrédules, les transgresseurs] partout où vous les rencontrerez. (...) Telle est la rétribution des mécréants.” (II:191);
    - “Ceux qui disent: «Dieu est, en vérité, le Messie, fils de Marie», sont des impies” (V:17);
    - “S’ils [les infidèles, les hypocrites, les mécréants, les incrédules] tournent le dos [à Allah], saisissez-les; tuez-les partout où vous les trouverez” (IV:89; dans le même sens: Deutéronome 13:12-18 et 20:10-18; inutile de préciser que les chrétiens sont des infidèles aux yeux des musulmans et les musulmans des infidèles aux yeux des chrétiens);
    - “Où que vous les rencontriez, tuez-les [les transgresseurs, les mécréants, les incrédules, les infidèles, les effaceurs d’Allah]” (II:191; de toute façon, si l'on en croit III:10 et II:167, qu'ils aient été assassinés ou non “les infidèles [comprendre: les non musulmans] (...) sont voués à servir de combustible au Feu éternel” et “ils ne pourront pas sortir du Feu”);
    - “Dieu a préparé un châtiment ignominieux pour les incrédules” (IV:102, qui fait écho à II Pierre 3:7: “le jour du jugement” sera celui “de la ruine des hommes impies”);
    - “Un cataclysme ne manquera pas d’atteindre les mécréants” (XIII:31);
    - “La fin des mécréants sera le Feu” (XIII:35).

    Parce qu’ils croient à une divinité présentant l’aspect d’une triade (le Père, le Fils et le Saint Esprit), les chrétiens sont considérés par les musulmans comme des “impies” (Le Coran V:72), des “incrédules” (Le Coran V:73) et des “mécréants” (Le Coran V:17), et ils se voient promettre “un terrible châtiment” dans l’au-delà” (Le Coran V:73; dans ce passage - comme dans II:6-7, qui dit la même chose - le terme “incrédules” s’applique aux chrétiens qui croient à la Trinité).
    Pour leur part, les juifs accusent ceux qui prennent Jésus pour le Messie d’être des idolâtres, étant notoire qu’aucun idolâtre n’a vocation à être sauvé.
    À l’inverse, si l’on épouse un instant le point de vue de ces mécréants idolâtres qui appellent Jésus “notre Sauveur” (II Timothée 1:10, Tite 1:4, 2:13 et 3:6, II Pierre 1:11 et 3:18; voir aussi Actes 13:23, II Pierre 1:1 et 2:20, Jude 1:25) car ils sont persuadés que le salut ne peut venir que de Lui, on ne voit pas comment les insensés qui nient la divinité du Fils de Dieu pourraient être sauvés.
    Ainsi, comme il est impossible d’être à la fois juif, chrétien et musulman, à cause des contradictions que cela implique, même le plus pieux des croyants ne peut nourrir de certitude quant à son salut.

  • @rabbit

    Pour vous, juste en passant! Bonne lecture!

    Herodote.net - 24 juin 2020 (saint Hervé)

    Au cœur de l'Empire du milieu
    Européens et Chinois ont eu ce lundi une « franche explication » sur leurs divergences à propos de Hongkong et de leurs relations commerciales, au cours d'un sommet en visioconférence. Pour tout comprendre des tensions qui agitent actuellement le pays, replongez dans l'histoire de la Chine...

    Les articles ci-après sont en accès libre!

  • S’agissant de l’esclavage évoqué en fin de cet article, je me permets de signaler deux livres :
    1. « Le génocide voilé » de Tidiane N’diaye (Continents noirs, NRF, Gallimard). L’auteur y expose, sur la base de faits précis et rarement évoqués par nos médias, une évidence historique : « Les Arabes ont razzié l’Afrique subsaharienne pendant treize siècles sans interruption. La plupart des millions d’hommes qu’ils ont déportés ont disparu du fait des traitements inhumains. » Evoquant ces faits, l’auteur, anthropologue et économiste, rappelle : « Quel malheur pour l’Afrique, le jour où les Arabes ont mis les pieds dans l’intérieur. Car avec eux ont pénétré et leur religion et leur mépris du Nègre… »
    2. Autre ouvrage essentiel pour avoir quelque connaissance complète du sujet, et non seulement subir les unilatérales litanies médiatiques, « Esclaves chrétiens, maîtres musulmans » de Robert.C. Davis (Ed. Babel). On y rappelle que « la traite des Blancs pratiquée en Méditerranée par ceux que l’on nommait alors les Barbaresques a duré près de trois siècle a causé plus d’un million de victimes ». L’auteur, professeur d’histoire, évoque notamment «quelle forme prenait l’asservissement physique et moral de ces hommes et femmes originaires de toute l’Europe. »

  • En arabe, noir se dit esclave, abdou !

    Il n'y a pas d'autre terme pour désigner un noir que esclave !

  • Et bougnoule signifie noir en wolof
    https://fr.wiktionary.org/wiki/bougnoule

  • Extrait du livre autobiographique "Le petit terroriste", d'un journaliste syrien qui a passé son enfance en Arabie saoudite: "Sa mère était égyptienne, mais je n'avais pas le droit de le dire. Égyptien voulait dire voleur, Soudanais esclave et Syrien maquereau".
    Le petit terroriste, Omar Youssef Souleimane, J'ai lu, 2018.

  • Il n'y a aucun doute sur le fait que l'incitation à la haine raciste telle qu'elle est définie dans les lois suisses, fait partie intégrante de l'enseignement coranique : ( voir le document :
    https://drive.google.com/file/d/1aX7y-WLVH9JAusorKYJb8tD9a4VUfvdL/view?usp=sharing )

    La première étape consiste à déshumaniser tous les infidèles qui refusent de se soumettre à Allah et son Prophète, Mahomet.
    Dans ces versets à connotation clairement raciste, les infidèles qu’ils soient chrétiens, juifs, polythéistes, idolâtres ou païens, sont qualifiés de pires créatures et d’impuretés :
    (S98, V6) : « Les infidèles parmi les chrétiens et les Juifs qui ont reçu les Écritures (Torah, Psaumes et Évangile), ainsi que ceux qui parmi eux associent à Allah d’autres divinités (comme Jésus, le Fils de Dieu et le Saint Esprit) iront au feu de l'Enfer, pour y demeurer éternellement. De toute la création, ce sont eux les pires des créatures. »
    (S9, V28) : « Ô vous (musulmans) qui croyez ! (Sachez que) les associateurs (les mécréants, les juifs ou les chrétiens qui associent le Père, le Fils et le Saint-Esprit) ne sont que souillures. »

    Cette définition des infidèles comme impuretés ou souillures, est soulignée par la révélation coranique qui « ajoute une souillure à leur souillure, et ils meurent dans la mécréance. » (S9, V125)
    Les infidèles dans leur ensemble sont qualifiés de pires animaux :
    (S8, V55) : « Les pires bêtes, auprès d'Allah, sont ceux qui ont été mécréants et qui refusent toujours de croire (en Allah et en Mahomet). »
    Le mécréant qui refuse l’islam est considéré comme un chien :
    (S7, V176) : « (L’infidèle) est semblable à un chien qui halète si tu l'attaques, et qui halète aussi si tu le laisses. Tel est l'exemple des gens qui traitent de mensonges nos signes. »

    Ensuite, viennent les prescriptions qui incitent à ne pas éprouver de l'amour ou de l'amitié sincère envers ces mécréants.
    Et pour conclure, le Coran appelle à les combattre.

    On peut voir cet enseignement dans cette vidéo, qui montre, sans ajout de commentaires, les enfants réciter ces versets et les imam expliquer le sens de ces versets, : https://www.youtube.com/watch?v=ZTQA74mfU1Q&t=6s

    Ces textes ont été signalés aux autorités, aux universités, au CSIS et même aux associations musulmanes, sans qu'il y ait la moindre réaction.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel