Pouvoir: les minorités à l'abordage

Nous voici arrivés à l’ère de la détestation de notre société, des griefs infinis des minorités, de la disparition des sexes. La civilisation blanche doit s'effacer.

victimes,cancel culture,trans

Dans quel monde les enfants doivent-ils se construire aujourd’hui? Selon une élite qui rallie de plus en plus d’activistes, de chercheurs et de journalistes, ils doivent vivre dans un climat d’exécration de leur société, fut-elle la plus avancée, la plus égalitaire et tolérante de la planète. Ils doivent ignorer toutes les autres pour que la leur paraisse la pire. Ignorer les nations patriarcales, homophobes, racistes.

Ces enfants ne doivent plus lire de contes de fée. Trop truffés de stéréotypes. Ils sont invités à parcourir les ouvrages d’hier avec les lunettes d’aujourd’hui. A déboulonner des statues avant, qui sait, d’organiser les premiers autodafés d’ouvrages non conformes. On traque le genre à la récré, au rayon jouets, à l’école, dans l’histoire. C’est l’ère de la «cancel culture» de l’Occident, la culture de l’effacement.

Les enfants doivent apprendre que leurs parents ou grands-parents ont rendu la planète invivable. Qu’ils ont organisé et entretiennent un système raciste. Le racisme ne vise que les gens de couleur, même si ceux-ci estiment que les Blancs doivent disparaître. Les Noirs sont purs et blancs, alors que les Blancs sont vils et noirs. Tout Blanc est un raciste qui s’ignore, et tout Noir ne veut pas savoir s’il ne serait pas un descendant de négriers africains. Aujourd’hui, le rôle de victime, se plaindre et être plaint, est le statut le plus enviable.

Des chercheurs suisses ont fait cette découverte stupéfiante: des personnalités qui ont marqué l’histoire trafiquaient avec des colonialistes, voire des esclavagistes. Pour répandre la nouvelle, il faut battre le tam tam dans toutes ces écoles du pays! Convaincre les élèves qu’ils sont confrontés à un «racisme systémique».

Comme l’observe Douglas Murray, le but de de ces militants «progressistes» «n’est pas d’éteindre les flammes mais de souffler dessus, non d’apaiser, mais d’embraser.» (1) Avec eux, la chimère de l’anticapitalisme se relève.

 

Ma maman est aussi mon papa

victimes,cancel culture,transCes enfants n’ont pas forcément un père et une mère, mais deux papas ou deux mamans. Et parfois une maman qui est aussi leur papa, par exemple lorsqu’avant de changer de sexe, un homme fait congeler son sperme puis en fait bénéficier sa compagne. La filiation ressemble parfois à un rébus: «Un homme transgenre et son compagnon non-binaire donnent naissance à un enfant issu du sperme d’une femme transgenre.»

Il leur faut apprendre un nouvel alphabet: LGBTQIA + (2), des minorités qui ne demandent pas seulement reconnaissance et non discriminations, mais multiples changements sociétaux.

Ces chérubins pensent-ils qu’ils sont ce que leur sexe indique? Absurde! Ils sont invités très jeunes à se demander s’ils sont filles ou garçons, ou les deux, puisque le sexe n’est qu’une «construction sociale». S’ils veulent passer de fille à garçon ou l’inverse, le début du processus peut être rapide. Une vidéo montre une transgenre de 8 ans, garçon devenu fille qui exprime sa joie à une assemblée de politiciens espagnols.

C’est une preuve de plus que lorsqu’un enfant affirme être du sexe opposé, il doit glisser sans aucun obstacle sur ce versant. En Suisse par exemple, dès 16 ans, la «conviction intime» du jeune suffira: pas besoin de l’autorisation des géniteurs. D'ailleurs, comme le dit une activiste: «Si tu veux être une drag queen et que tes parents ne te le permettent pas, tu as besoin de nouveaux parents.»

Cette propagande a un effet entrainant Dans notre pays comme dans tout l’Occident, «on observe une hausse nette du nombre de consultations d’enfants et d’adolescents qui s’interrogent sur leur identité de genre». Les spécialistes comme les cliniques se multiplient.

La Suisse romande s’adapte. Le canton de Vaud vient de nommer une experte en études genres, victimes,cancel culture,transCaroline Dayer, pour agir «contre l’homophobie et les transphobies» dans les lieux de formation. La nouvelle haute fonctionnaire se demande pourquoi le sexe «est basé sur nos organes génitaux externes. Il pourrait l’être sur nos chromosomes ou nos hormones…» Pas de problème donc que des enfants changent de sexe à leur guise, selon le temps ou leur humeur. Pour les y aider, promet Caroline Dayer, «des procédures et des outils pédagogiques» vont être créés dès le primaire. L’humain devient la seule espèce où la femelle ne se distingue pas du mâle.

Genève s’en voudrait de prendre du retard sur ces (r)évolutions. Le canton vient de créer un centre consacré aux «sciences des sexualités» codirigé par Fernando Miranda. Vous avez l’impression d’entendre parler de sexe et de genre tout le temps? Erreur. «Le tabou sexuel est encore très puissant». Et la science lui a déjà appris que «d’un point de vue sociologique, il existe un continuum entre le sifflement de rue et la personne qui est tuée au sein de son couple».

Le mâle hétéro doit disparaître

Le mâle hétérosexuel de plus de 50 ans doit être une cible. Andrea Novicov, homme blanc de plus de 50 ans et directeur du Théâtre de l’Orangerie à Genève, semble prêt à se sacrifier: «Notre théâtre s’attaque au mâle blanc (…) cette créature arrogante qui réifie celui qui ne lui ressemble pas. Sa chute est la seule solution pour qu’une autre organisation du monde advienne.»

Ces changements se sont faits à la vitesse de l’éclair. Les médias, chiens de Pavlov de ces fureurs, interviewent avec une vertigineuse complaisance leurs théologiens. Le Temps en est l’exemple le plus effarant. Il s’enthousiasme sur le non-choix: «Le «genderfluid» s’impose dans la mode et les campus. Il consiste à zigzaguer entre masculin et féminin, refuser de se déterminer fille ou garçon, ou s’identifier au sexe opposé», n’être appelé «ni Madame, ni Monsieur». preuve qu'il s'agit d'une génération «éperdue de liberté et de tolérance, dans tous les domaines».

Les pouvoirs Blanc, hétéros et femmes ont accueilli des dizaines de millions de réfugiés et autres immigrés, leur ont permis d’obtenir soins, nourriture, formations, etc... Ils se voient renvoyer une image d’eux-mêmes exécrable.

La créativité des expressions est dévorante, les dictionnaires sont à la traîne. La «masculinité toxique» en fait partie. Les chercheurs suisses appartiennent au troupeau des suiveurs. Et une invitée du Temps explique que «la masculinité toxique menace le monde». Ce fléau, comme les autres, doit être combattu au nom des droits de l’homme devenus le réceptacle de toutes les exigences, dont le «droit à l’enfant». Le festival des droits humain de Genève est donc forcément de la partie: «Misogynie, culture du viol, homophobie, encouragement à la violence ou encore refoulement des émotions: comment combattre les masculinités toxiques?» interroge-t-il en présentant un film.

Un jour, les «trouples» (trois personnes vivant ensemble) réclameront aussi leur droit à l’enfant. Et j’allais oublier: l’intersectionnalité est à prendre en compte, soit l’empilement des discriminations comme le fait d’être femme, noire et musulmane. Ce qui exige de lourdes réparations.

Devenus ados et adultes, ceux qui auront quelque velléité de révolte apprendront vite à courber l’échine. Les réseaux sociaux, nouvelles maisons de redressement, s’en chargent.

Les gouvernements se plient aux normes trangenres

A l’image du mouvement de défense des homosexuels, passé d’un juste combat à un lobby politisé, prosélyte et intolérant, les «trans» imposent leurs normes. Aux Pays-Bas, les papiers d’identité n’indiqueront plus le sexe. La ministre Ingrid van Engelshoven estime que les citoyens doivent pouvoir «façonner leur propre identité et la vivre en toute liberté et sécurité». La Belgique envisage de mentionner un «troisième sexe» sur les actes de naissance. Pour La France insoumise, la mention du sexe à l’état civil est oppressive. D’autres gouvernements suivent.

Les Verts ont bien sûr adopté le bréviaire. En Franconie (Allemagne) ils demandent déjà un jour de piscine réservé aux transgenres.

Les citoyens subissent ainsi la loi de quelques pourcents sans que les problèmes liés au changement de genre, par exemple, puissent être discutés. Et ils ne manquent pas. Effet d’entraînement ? Désir de se transformer de fille en garçon pour échapper à une attirance homosexuelle mal vécue ? A partir de quel âge un enfant peut-il être sûr de son orientation ? Quelles conséquences lorsqu’on veut revenir à son sexe d’origine ? Ces questions contredisent la simplette «approche affirmative» des trans militants (je le pense donc je le suis). Douglas Murray montre quelques conséquences de ces thèses. Par exemple le parcours de Karen White qui lorsqu’il était homme avait été reconnu coupable de viol. Bien qu’il ait gardé ses organes sexuels il a demandé à être placé dans une prison pour femmes où il a agressé sexuellement quatre détenues. Au Canada,  une transsexuelle de sexe masculin à sexe féminin, est autorisée à suivre une formation de conseillère pour les femmes victimes de viol. Les lesbiennes féministes montent au créneau. Quant aux conflits liés au sport, lorsqu’un homme devenu femme écrase ses concurrentes, ils se multiplient.

Un long article, passionnant, dessine tout en nuances le paysage de cette problématique trans (recherches, tendances, réussites et échecs, témoignages). Une rareté.

L’hétérosexualité n’a plus la cote. Pourtant puisque le genre est un choix, remarque finement victimes,cancel culture,transle blogueur John Goetelen, «les personnes homosexuelles devraient être encouragées à changer leur orientation sexuelle, ou du moins à la fluidifier et à s’ouvrir à l’hétérosexualité.» Or, c’est bizarrement inconcevable. Dans la même veine, si le sexe est une construction sociale, pourquoi tant de gens en changent au prix de reconstructions physiques éprouvantes et douloureuses?

Violences au programme

Les chercheurs, les universités, les gouvernements même, plongent avec délices dans ce ruissellement de nouvelles normes. Les campus étasuniens y ajoutent la violence. Là-bas, les interdits, les sanctions, les agressions contre les réfractaires ou ceux qui posent des questions, sont courantes. Mike Adams, un professeur américain menacé et harcelé s’est suicidé l'été dernier. On ne sache pas que les maîtres des réseaux sociaux se soucient de tous ces manquements aux «règles de la communauté».

Le champion de formule1 Lewis Hamilton a naïvement trébuché. Il a publié une vidéo où son neveu était déguisé en fée. Il lui disait: «Pourquoi tu t’habilles en fille? Tu es un garçon!» Les réseaux sociaux ne l’ont pas manqué, les médias non plus. Il s’est très vite excusé.

La France adopte ces nouveaux comportements. Titre d’un article du Figaro : «Censure, menaces, violences: la difficile liberté d’expression dans les universités françaises». Le débat intellectuel est muselé. Les recherches sont davantage destinées à confirmer des idées plutôt qu’à enrichir le savoir. Quel chercheur oserait contredire le nouveau catéchisme?

Les  femmes, les minorités -Noirs, homosexuels, trans- sont la vertu incarnée. Lorsqu’ils auront pris le pouvoir, l’humanité radieuse aura éclos. De plus en plus d'institutions, d'entreprises, de publicités y contribuent déjà .

Comme le remarque Ris, la société devient «un assemblage de petits groupes, tous enfermés dans leurs «différences», chacun avec ses revendications, ses griefs, ses doléances, ses récriminations, ses requêtes et ses complaintes…»

Et Sylvain Tesson: «Nous ne comprenons pas encore qu’il faut ralentir notre course vers ce gouffre que nous continuons sottement à appeler le progrès.» (3)

 

 

  • «La grande déraison» p.441
  • Lesbiennes, gays, bisexuels, trans, queers, intersexes, asexuels et « + » pour d’éventuelles nouvelles catégories. Par exemple «bispiritualité» qui se réfère « aux Amérindiens s'identifiant comme ayant à la fois un esprit masculin et un esprit féminin» (Wikipédia)
  • «Un été avec Homère» p.69

 

 

Commentaires

  • Il est extraordinaire ,de parler de racisme et de xénophobie , lorsqu'un africain ou un arabo-musulman est tué , soit lors d'une manifestation violente ou d'une perquisition qui se déroule mal.
    La mort d'un homme est toujours regrettable.

    Mais que disent les Africains et les Arabo-musulmans pour les centaines de morts par semaine dans leur pays, soit par des terroristes comme l'Etat islamique, Boko-Haram ou les nombreuses milices maffieuses qui sévissent en Afrique et qui massacrent femmes et enfants dans les villages ?
    Pourquoi la mort d'un Arabo-musulman ou d'un Africain a plus d'importance ici en occident et mobilise presque tous les immigrés et leurs caniches " idiots utiles", alors , qu'ils ferment les yeux sur ce qui se passe dans leur pays d'origine?

  • Ces gens pris individuellement ne sont absolument pas responsables de ce qui se passe dans leurs pays d'origine pas plus qu'ils ne sont responsables des massacres islamistes dans leurs pays d'origine. Il s'agit là de deux contextes sociaux totalement différents et de sociétés qui n'ont pas les mêmes défis ni les mêmes préoccupations. L'islamisme est un problème de société tout comme le racisme et la xénophobie sont des problèmes de société. Si vous voulez savoir ce que ces gens pensent des massacres islamistes dans leur pays d'origine donnez leur la parole plus souvent et surtout ÉCOUTEZ les lorsqu'ils et elles s'expriment.

  • En Amérique les noirs sont majoritairement tués par des noirs!

  • Très bon article qui fait écho avec l'émission Zone Interdite du dimanche 10.01.21. D'ailleurs suite à cette émission, je suis allé faire un petit tour sur Twitter. On y distingue deux camps : les occidentaux "ouverts d’esprits" (selon eux) et la communauté musulmane qui crie au Sheitan. Peu de place pour les modérés qui souhaitent simplement que ces gens puisse vivre leur vie, sans pour autant imposer leur différence à la grande majorité.

    Outre, je fait que ces théories ont un impactes catastrophiques sur la construction identitaire de nos jeunes, elle décrédibilisent le rôle de l'Université. Les profs (souvent femmes lesbiennes) spécialistes du genre ne font que la sociologie orientée. On en oublie les différences existantes et prouvées de la biologie entre les hommes et les femmes... La vraie science est niée!

  • D'accord avec vous. Laisser les gens vivre leur sexualité comme ils l'entendent oui, mais abolir tout repère dans la tête des enfants, non. On se construit par rapport à une norme. Détruire officiellement la norme c'est déboussoler toute une génération et lui gâcher la vie.

  • La civilisation occidentale a donné au monde la forme de société la plus évoluée de tous les temps. Mais comme dans la fable de Jean de La Fontaine les humains ne se satisfaisant pas des bienfaits qu'elle leur procure quotidiennement, veulent la tuer, croyant trouver dans sa dépouille un trésor. Toutes ces minorités avides de reconnaissance forcée vont finir par détruire le modèle qui leur permet d'exister. De ce refus d'héritage se nourrit une autre civilisation en plein essor qui elle ne s'embarrasse pas du respect des différences excluant précisément toutes les minorités.
    Ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain.

  • @ norbert maendly,

    Je vous cite ;

    "De ce refus d'héritage se nourrit une autre civilisation en plein essor qui elle ne s'embarrasse pas du respect des différences excluant précisément toutes les minorités."

    Pourriez-vous être plus précis et éventuellement nommer cette "autre civilisation" svp, car cette interprétation ouvre toutes théories aléatoires, si elle n'est pas précisée.
    Merci

  • Ne pas oublier que ces gens, même s'ils occupent des places importantes dans les médias, sont ultra-minoritaires. Ils ne représentent quasiment qu'eux-mêmes et deux ou trois minables à côté d'eux. Ne pas leur donner plus d'importance qu'ils en ont, voilà ce qui importe. Ils ne sont rien et ne représentent rien.

  • Madame,
    Je tiens à vous dire, moi qui suis hérissé par vos diatribe antimusulmanes, que je vous apprécie dans le rôle de pourfendeuse du gauchisme culturel, qui se dit aussi "progressiste", celui qui ne vise qu'à casser les valeurs fondant notre société, valeurs que vous rappelez si bien dans votre texte.

  • Monsieur Kunz, Vous le faites exprès ou n'avez-vous toujours pas compris que tout était lié? Pour votre gouverne, le marxisme culturel ET l'islamisme sont tous deux utilisés par les mondialistes pour saper notre culture et nos valeurs. Alors de grâce épargnez-nous des expressions aussi malvenues et inappropriées que "diatribe [sic!] antimusulmanes" quand Mme Vallette ne fait que de mettre garde ceux qui comme vous n'ont toujours pas ouvert les yeux.

  • @ Pierre Kunz
    Ne pas confondre musulman avec islamiste ... bien que souvent les premiers soient muets avec les deuxièmes ....???

  • Non Lug, le pire est qu'il ne le fait pas exprès. Il n'est qu'un de ces innombrables idiots utiles à l'islam qui confondent critiques de l'idéologie islamique avec haine des musulmans.

  • Voici quelques courtes vidéos incroyables mais vraies à regarder rapidement, car ces comptes risquent d’être fermés bientôt vu la censure généralisée contre les lanceurs d'alerte.

    Dans ce nouveau monde qui se met en place, voilà ce qui peut désormais vous arriver:

    1) Au Canada si des voisins vous dénoncent et que la police estime que ne respectez pas les règles anti-Covid (il faut activer le son):

    https://www.dailymotion.com/video/x7yh5zg

    2) En Angleterre si on se promène seul sur la plage en buvant un café (il faut activer le son):

    https://twitter.com/lolaweb71/status/1348312286251917315

    3) Aux USA, si on est un fan de Trump et qu’on dit simplement “Trump 2020” en privé, on ne peut plus prendre l’avion (il faut activer le son).

    https://twitter.com/lolaweb71/status/1348207000782589952

    4) En Australie si on a une pancarte contre le confinement (ne manquez pas le petit gamin qui pleure car on l’a arraché à sa mère)

    https://twitter.com/lolaweb71/status/1348467596748869638

    5) Au Canada si on ne porte pas de masque:

    https://www.youtube.com/watch?v=6VEWbEgmmVk&feature=emb_rel_pause

    6) Si on est dans le “camp du bien” on peut tout se permettre même ça:

    https://www.youtube.com/watch?v=Zd2wPZvLSjo&feature=emb_logo

    et le top du top pour la fin

    7) Joe Bidon vient d’annoncer que sa “priorité sera les petites entreprises appartenant à des Noirs, des Latino-Américains, des Asiatiques et des Amérindiens, des entreprises appartenant à des femmes et enfin un accès égal aux ressources nécessaires pour rouvrir et reconstruire”. Ma foi tant pis pour les “sales mâles blancs” qui ont voté pour lui (il faut activer le son). Et que dire de tous ces "sales blancs" qui ont leur commerse détruit pr les émeutes antifa et BLM, A n'en pas douter, Joe Bidon les américains.

    https://twitter.com/lolaweb71/status/1348467596748869638

  • https://youtu.be/N2FtyDMw1I0 "diatribes anti- musulmanes'

    Homélie du père Boulad, Egyptien, à Toulon.

  • @mireille Valette
    Très bon article, mais la 1ere photo ne correspond pas à ce que vous écrivez. il me semble.

  • @ Omar, Voici l'explication pour la photo : Il n'y a pas de "racisme d'Etat en Suisse" contrairement à ce qui est écrit sur la pancarte que porte cette femme. En Suisse, tous les citoyens ont les mêmes droits, quelle que soit leur couleur de peau ou race. Or le racisme d'Etat, comme son nom l'indique, c'est quand un Etat discrimine les citoyens ou habitants selon leur couleur de peau ou race. Ce n'est pas le cas en Suisse.

  • Le "trouple" (quel mot stupidement construit, comme si la racine trou avec quelque chose à voir avec la racine cou – ils sont cons quand-même) est apparu dans la série récente SWAT, avec le bellâtre progressiste et dominateur Shemar Moore. Évidemment on traite cela avec des scènes attachantes et de belles images, et l'actrice est chou, on ne peut qu'adhérer sans se poser de question. C'est comme le gavage des oies.

    Plusieurs séries américaines lâchent insidieusement de la propagande politique. On n'y compte plus les gays mariés ou presque, et les femmes dominantes face à des hommes qui surnagent entre gros bras parfois (il faut bien de temps en temps, on ne peut pas montrer que des femmes en talons et tailleur ou débardeur moulant passer toutes seules à tabac 5 malfrats...) et ridicule.

  • "Il est facile d'être communiste dans un pays libre, mais essayez d'être libre dans un pays communiste."

    https://twitter.com/lolaweb71/status/1348882760304386048

    Et ne manquez mon tweet sur le nouveau "Black Jesus". imposee par les minorités. Suivez-moi pour être au courant de tout. Vous ne le regretterez pas:

    https://twitter.com/lolaweb71

  • "Il est facile d'être communiste dans un pays libre, mais essayez d'être libre dans un pays communiste." Très bien vu. De même, il est facile d'être musulman dans un pays libre, mais essayez d'être libre dans un pays musulman.

  • Exactement!

  • On y arrive: les minorités tombent le masque et dénoncent même leurs propres parents:

    Après la femme qui a dénoncé son ex-mari, voici la lesbienne (de gauche mondialiste) qui dénonce ses parents sur Twitter pour avoir été présents lors de la manifestation pro-Trump. Ça vous rappelle qqch? Tout cela fleure bon le régime de la terreur qui sévissait en URSS:

    https://twitter.com/lolaweb71/status/1349717890824601601

  • Le délire des minorités continue. Nous devons lutter de toutes nos forces pour que les inepties de la woke culture et autres stupidités des progressistes ne viennent pas gangrener nos pays ! Ils ont détruit l’Amérique, on doit les combattre chaque jours en Europe

    Lisez donc ça:

    https://twitter.com/lolaweb71/status/1349651891366588418

    et surtout l’article

    https://www.valeursactuelles.com/societe/une-plainte-deposee-contre-la-sncf-car-elle-impose-de-cocher-la-case-monsieur-ou-madame-127527

  • Et encore la tyrannie des minorités au pouvoir: Biden a choisi comme responsable des Droits Civiques, une femme qui faisait la promotion du racisme et de l'antisémitisme à Harvard !

    https://twitter.com/lolaweb71/status/1349755209199865856

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel