Le canton de Vaud assoit son nouveau culte des transgenres

Les épurateurs de la pensée affirment vouloir lutter contre les discriminations des élèves transgenres et non binaires. Ce but en cache un autre, plus explosif.

 

Cesla Amarelle genre.jpg

La conseillère d’Etat vaudoise Cesla Amarelle et sa coach Caroline Dayer ont lancé le deuxième volet de leur nouvelle école. Elle est centrée sur le bien-être des élèves transgenres et non binaires dans la scolarité obligatoire et postobligatoire. Une directive du Département de la formation signée par sa ministre Cesla Amarelle l'a annoncé lundi 14 décembre avec entrée en vigueur... lundi 14 décembre. Cette simple directive signée par une modeste magistrate biffe d’un coup quelques millénaires de convictions. 

Depuis lundi donc, le rêve de Cesla-Dayer a avancé d’un cran: les élève peuvent à leur guise changer de prénom, se désigner par exemple comme Aline et non plus Alain. Pour tout le personnel de l’établissement, à l’oral comme à l’écrit, le respect du vœu de l’élève sera obligatoire dans les listes de classe, les adresses de courriel, la vie quotidienne. Pour mettre au pas les enseignants, les promotrices de la nouvelle pensée unique les convieront à des conférences obligatoires.

L’école s’active déjà à former des personnes-ressources, à créer des «unités de promotion de la santé» et finance des «expertes du genre».

Quant aux parents, pas question de les laisser dans l’ignorance du choix de leur enfant. Mais pas question non plus de supporter qu’ils tentent de freiner l’enthousiasme d’une progéniture qui exigerait d’entrer dans la grande ronde de la diversité de genre. S’ils résistent (après le long harcèlement auquel ils auront fait face), «nous nous contentons de les informer de ce qui est fait sans leur accord».

Certains, certaines  ne se sentent pas bien dans le sexe qu’«on leur a assigné». Ils sont souvent victimes de harcèlement, de discriminations, d’insultes, voire de violence physique qui peuvent mener jusqu’au suicide.

C’est pour eux que l’Etat prétend vouloir agir, afin de les protéger.

Caroline_Dayer Wiki2.jpg

Qui oserait s’y opposer? En tout cas pas les médias qui lors de l’annonce de cette nouvelle ont à l’unisson exercé l’art du copier-coller! Pas une critique, pas un commentaire. Il faut dire que la plupart abreuvent à journée faite leurs lecteurs des merveilles de la vie arc-en-ciel. L’idée que la propagande des nouveaux idéologues s’adressera à leurs enfants comme aux autres semble les plonger dans la béatitude. (Image: Caroline Dayer)

La transition médicale attend son tour

Tout ce bla-bla d’ouverture et de protection contre les diverses phobies cache autre chose, dont il n’est pour l’instant pas question. Les pionnières avancent le visage masqué.

Il s’agit de faciliter la transition médicale de ces élèves, un sujet qui pourrait créer quelques polémiques. Le département indique que les questionnements sur le genre interviennent très tôt, avec un pic à 5 et 8 ans! Les concernés seraient 1,2 à 2,7% et donc «l’accompagnement doit se manifester très tôt.» Surtout qu’avec l’intense propagande dont ils font l’objet, ces élèves se multiplient.

La directive vaudoise se félicite de sa collaboration avec la Fondation Agnodice qui a publié un guide des bonnes pratiques vanté comme son document de référence.

Premières lignes du guide: «… la Fondation Agnodice défend les droits des personnes trans et non binaires, notamment par un meilleur accès à la santé pour les transitions médicalisées Sa réserve de spécialistes labellisés, promis à de fructueuses carrières, est vaste: médecins, pédiatres, pédopsychiatres et/ou psychologues, médecins spécialistes en endocrinologie, médecins spécialiste en chirurgie plastique, etc. 

En 2021, une trentaine d’élèves ont été orientés vers cette fondation. Et ce n’estlgbtq,école. amarelle,dayer que «la pointe de l’iceberg» affirme la conseillère d’Etat, selon l’affirmation classique des prosélytes d’une cause.

La question des toilettes «non genrées», des lieux ouverts à tous dans les vestiaires ou des camps scolaires sont à l’étude. Pour la responsable d’Agnodice, il suffit de d’encourager l’élève «à se rendre dans les locaux qui correspondent à son ressenti de genre». Ce célèbre ressenti qui sur simple déclaration suffit à être considéré comme appartenant désormais à l’autre sexe ou à n’appartenir ni à l’un ni à l’autre.(Image: Adèle Zufferey d'Agnodice) 

Agnodice est bien sûr fermement opposée à une association créée par des parents, des jeunes et des proches inquiets de ce bourrage de crâne. Elle est intitulée «Pour une approche mesurée des questionnements de genre chez les jeunes» et cherche à favoriser une démarche «diversifiée et non militante» du sujet.

Les militantes de l’école vaudoise feront face avec détermination à cet indigne appel.

La directive n’a pas provoqué la moindre vague de protestation. Pourtant, le contenu de ce futur arc-en-ciel et les changements exigés par le puissant lobby LGBTQ+ sont infinis: l’interdiction d’utiliser certaines expressions (des guides du langage autorisé sont à disposition), l’introduction d’un genre neutre dans les papiers d’état civil, l’interdiction formelle de recherches scientifiques qui remettraient en question ses affirmations, etc., etc.

Les USA donnent chaque jour des exemples de l’utilisation de la violence par ce chaînon de l’effacement de notre civilisation. Ces violences (qui n'ont bien sûr rien à voir avec celles que subissent leurs protégés) conduisent souvent au renvoi ou à la démission de tel professeur qui a osé une phrase contraire au credo.

Peut-on imaginer qu’un enseignant convaincu d’une approche mesurée et non militante puisse être engagé par l’école vaudoise? C’est déjà inconcevable.

Un tweet de «Je suis Camille» (@CamilleVernier1) :

«Aujourd'hui, tu dis un truc aussi banal et insignifiant que "Joyeux Noël Mesdames et Messieurs", t'es qualifiée de raciste, accusée de promouvoir une islamophobie systémique et coupable d'invisibiliser les trans et les personnes sexisées…»

 

Commentaires

  • Cela est illégal, car s'opposant à l'autorité parentale : Art. 301 CC, notamment l'alinéa 4 :

    1 Les père et mère déterminent les soins à donner à l’enfant, dirigent son éducation en vue de son bien et prennent les décisions nécessai­res, sous réserve de sa propre capacité.

    1bis Le parent qui a la charge de l’enfant peut prendre seul :
    1. les décisions courantes ou urgentes;
    2. d’autres décisions, si l’autre parent ne peut être atteint moyennant un effort raisonnable.331

    2 L’enfant doit obéissance à ses père et mère, qui lui accordent la liberté d’organiser sa vie selon son degré de maturité et tiennent compte autant que possible de son avis pour les affaires importan­tes.

    3 L’enfant ne peut quitter la communauté domestique sans l’assenti­ment de ses père et mère; il ne peut pas non plus leur être enlevé sans cause légitime.

    4 Les père et mère choisissent le prénom de l’enfant.

  • Heureux de vous revoir, Mme Valette. Vous nous manquiez...

  • L'école vaudoise est depuis trop longtemps dirigée par la gauche, mais là, avec ces deux nuisibles marxistes, on atteint vraiment le fond !

  • Je ne doute pas qu'en Suisse prochainement, comme en Angleterre, dans les universités d'Oxford, on va faire passer des tests woke/compatible à tous les futurs élèves, idem pour toute l'Europe de demain! Je vois d'ailleurs un parallèle avec les vaccins, on fera "des piqures de rappelle" tous les 6 mois, pour être sûr de l'endoctrinement permanent! Le parlement européen est déjà ultra/woke/compatible depuis très longtemps! A force de baisser la tête pour marcher on va finir par se prendre les pieds dans le .............tapis, comme à l'Evergreen University! c'est la pulsion de mort généralisée!

  • Par ailleurs, c'est un excellent rempart contre l'islamisme, non ? Comment concilier la fluidité de genre avec le Coran ? Ce n'est certainement pas halal .....

    Une femme musulmane qui choisirait de devenir un homme serait-elle libérée de l'obligation de porter le voile ? Voilà une question intéressante à poser au sheikh !!
    https://www.youtube.com/watch?v=Wag3bus19f8

  • Ce qui est terrifiant c'est qu'ils sont capables de faire opérer des petits enfants "désireux" de changer de sexe! En fait ce sont surtout les mères qui, voulant un petit garçon vont habiller leur petite fille en garçon, ou le contraire, qui vont semer la confusion dans l'esprit de l'enfant, c'est totalement criminel! Il faut laisser à l'enfant, devenu adulte, ce choix très difficile à faire! On est dans un monde totalement déconstruit, c'est a dire totalement confus! Ces politiciens n'ont pas de choses plus urgentes à faire? Laissez les enfants et les adolescents tranquilles, leurs sexualités et leurs désirs ne regardent qu'eux mêmes! Les adultes n'ont rien à faire au milieu de tout ça! Une amie m'expliquait hier que sa fille de 18 ans voulait se faire refaire la poitrine!

  • @ Dominique Degoumois : Excellent, vous avez entièrement raison !!!

  • C`est le toboggan des transitions, on commence par la transition "sociale" , la perception suffit pour autoriser les changements, notamment le prénom, on passe ensuite à la transition médicale, quand des médecins (!) bloquent la puberté de l`enfant en attendant qu`il y voit plus clair, arrivent ensuite les hormones qui créeront une dépendance à vie, et à la fin vient éventuellement la chirurgie, pas que tout le monde ne franchit pas puisque il suffit de se percevoir comme appartenant à l`autre sexe pour être reconnu comme tel.
    Et on arrive ainsi à des aberrations comme celle d`un homme trans, en fait une femme qui a gardé son utérus et ses ovaires, qui pourra porter et donner naissance à un enfant dont il sera ....le père!
    Un monde fou.
    La tyrannie d`une minorité qui dicte et impose sa loi à une majorité lâche et anesthésiée par la puissance de la propagande qui sévit dès le plus jeune âge de nos enfants, notre société occidentale transformée en un camp de rééducation à travers tous les supports de communication et information.

  • Pour pallier ce manque cruel de diversité, de courage et d'honnêteté dans les médias suisses romands, il faudrait créer une nouvelle plateforme médiatique qui soit une sorte de synthèse entre Fox News, CNews, Sud Radio, et TVLibertés

  • Les musulmans ont beaucoup plus de considération pour les chrétiens que pour les athées.
    Je parie qu'ils préfèrent un bon vieux "Joyeux Noël" à ce très hypocrite "Belles fêtes".

  • Non. C'est une fête mécréante. Les musulmans pratiquants ont non seulement l'interdiction de la fêter mais également de souhaiter Joyeux Noël. Nouvel An est lié au calendrier chrétien (issu du Pape Grégoire XIII). Les musulmans possèdent un calendrier lunaire. Ils sont donc également opposés à notre Nouvel an.

    Vous pouvez consulter l'affaire de "maître Gims" qui a déferlé dernièrement.

    https://www.public.fr/News/Maitre-Gims-apres-la-polemique-du-Nouvel-An-sur-les-musulmans-il-retire-ses-lunettes-de-soleil-et-devoile-enfin-son-visage-sur-Instagram-1695819

    Je vous laisse lire comment le Coran traite les chrétiens et les juifs, notamment dans la sourate du Repentir (non abrogée). Les non musulmans sont voués à l'enfer, rien d'autre.

  • Les élections approchant à grands pas ... autant s'assurer le maximum de voies comme des futures Voix ...

    Qui ne risque rien n'a rien !!!

  • Merci beaucoup, chère Madame, pour cet excellent billet. Heureusement qu'il y a encore des gens comme vous et Homme Libre pour protéger nos racines et nos traditions. Lui aussi nous a écrit ce très bon billet qui complète le vôtre:

    https://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2021/12/16/commission-europeenne-et-deconstruction-%C2%A0ne-dites-plus-noel%C2%A0-319121.html

    JOYEUX NOËL! JOYEUX NOËL! JOYEUX NOËL!

  • Je viens de lire dans un média que partout en France des jeunes investissent des églises pour y installer des grandes crèches! Les jeunes se réveillent c'est magnifique! C'est vrai qu'avec un pape communiste le pire est toujours possible! On ne l'entend pas sur les violences dont sont victimes tous les chrétiens d'orient, nos frères!

  • Les toilettes ne sont qu'un soubresaut de ce qui se passe réellement en profondeur. Je vous conseille de demander à un étudiant de HEP de vous montrer ce qu'il étudie, notamment sur le plan du genre et de la diversité : Surprise garantie! Ce n'est ni plus ni moins que du formatage d'extrême-gauche.

    Cesla Amarelle sait pertinemment ce qu'elle fait et qui elle fragilise en priorité : les enfants suisses. Car les familles issues du Moyen-Orient et des Balkans sont fières de leur culture, de leur religion, de leurs racines. Les Suisses, dénués de repaires et de patriotisme, seront sacrifiés sur l'autel du genre, de la diversité.

    La diversité, en français correct, c'est l'autochtone qui cède sa place aux autres, à leur culture et à leur religion alors qu'il n'y a pas de réciprocité dans leurs pays d'origine, et cela même alors que ces migrants nous traitent de mécréants, nous insultent à la moindre occasion. La diversité est une arme contre l'Occidental, le Blanc, le chrétien. Lorsque les musulmans sont en position de force, la minorité est soumise, humiliée, discriminée. Je vous laisse lire ce qui se passe dans les écoles allemandes à forte immigration :

    https://www.bz-berlin.de/berlin/neukoelln/religions-streit-eskaliert-an-neukoellns-schulen

    Joseph Facal (Journal de Montréal) définit très bien ce qui se passe au niveau éducatif "Comme les gens agissent sur la base d’idées, il faut agir sur les esprits. Or, les esprits se forment à l’école. C’est donc le milieu éducatif qu’il faut investir, du primaire jusqu’à l’université. "

    https://www.journaldemontreal.com/2021/02/27/petit-cours-accelere-de-wokisme

    En somme, la gauche fait comme à son habitude : elle emploie l'argent des contribuables, dans leur dos, pour imposer son idéologie et placer dans les rouages du système ses alliés idéologiques, alliés qui sont grassement rémunérés durant des décennies (postes à vie) par ceux qu'elle déteste.

    Evidemment, rien ne se sait au-delà de ce que veulent bien dire les médias et les administrations.

    Merci à Madame Valette pour son article.

  • Hitler avait créé des fabriques à gamins blonds aux yeux bleus, sans parents. L'école vaudoise fabriques des gamins sans identité sexuelle sans l'avis de leurs parents et on veut nous faire croire que c'est pour leur bien. A force de mettre à l'enseignement des gauchistes destructeurs de société, faudra pas s'étonner de voir les barbus imposer la leur.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel